Dans la sellerie de...

[Dans la sellerie de] Karim Laghouag !

04/07/2017

PreppySport a eu l’honneur d’interviewer Karim Laghouag ! Le champion olympique, médaillé par équipe lors des J.O. de Rio nous dévoile sa sellerie et ses conseils de pro !

Pouvez-vous présenter vos chevaux et vos objectifs pour cette saison 2017 ?
  •  Pour Entebbe de Hus, mon  étalon de 12 ans qui a été champion olympique à Rio, les objectifs principaux sont le Grand National et de se requalifier pour les championnats du Monde de Tryon l’année prochaine.
  • Lors du Haras du Pin, nous sommes arrivés premiers avec Entebbe de Hus et quatrièmes avec Punch de l’Esques. Punch de l’Esques est en contrat JO/JEM, son objectif sera éventuellement les championnats d’Europe.
  • Ma  jument Valériane du Saillan, âgée de 8 ans, a gagné le 2* de Jardy et vient de gagner la Pro 3 du Haras du Pin. Elle va courir le CIC2* de Jardy et va finir en 3* cette année. J’espère la qualifier pour les championnats du Monde l’année prochaine, voire les championnats d’Europe l’année suivante.

A long terme, je vise les Jeux Olympiques pour elle comme pour Entebbe de Hus.

  • Astone Garette, 7 ans, a été deuxième et huitième des Pro 4 auxquelles il a concouru. En revanche, il est très tardif. On le voit pour les JO dans 4 ans. Il y a donc beaucoup de choses à mettre en place. Dans tous les cas, on peut toujours se fixer l’objectif aujourd’hui et finir sur du 2* en fin de saison.
Quel est le produit, ou l’objet, dont vous ne pouvez pas vous passer au quotidien ?

Je ne suis pas du tout fétichiste ! Il n’y a pas d’objet dont je ne peux pas me passer.

Un mors, une selle, une paire d’étriers ?

J’ai effectivement une paire d’éperons que je mets à tous mes chevaux. Ce sont des éperons à roulettes, avec une tige très souple. C’est donc confortable pour le cheval comme pour moi. Après,  je peux monter avec d’autres : je ne suis pas le bon exemple pour les petites manies et habitudes. Ce n’est pas dans ma nature.

En revanche, chaque cheval a sa particularité : il est primordial d’avoir le matériel adapté à chacun.

Quelle selle avez-vous choisi d’utiliser et pourquoi ?

J’ai choisi le sellier Antarès. Je trouvais les selles très esthétiques, et j’ai eu une bonne écoute de tous les commerciaux de la marque. J’ai eu raison puisqu’ils ont tenu compte de mes retours. Cela a permis une évolution respective, chose importante lors d’un partenariat comme celui-ci.

Pour les cuirs, il faut qu’ils soient confortables mais en même temps résistants. C’est assez difficile : soit ils sont très tendus, mais désagréables pour les fesses, soit le contraire. Il faut trouver le bon compromis entre confort et résistance. Antarès a trouvé cet équilibre, notamment en proposant du sur mesure.

Antarès a toujours été un partenaire très important pour moi. De plus, ils ont une gamme très large.

 

Quels sont vos partenaires pour cette saison de concours ?

J’ai la chance d’avoir de nombreux partenaires

Comment organisez-vous votre matériel lors d’un week-end de concours ? Qui fait votre malle ? Avez-vous une malle de concours, une malle d’écurie ?

C’est ma groom qui prépare toutes les affaires et qui vérifie avec une liste que rien ne soit oublié. Sur les terrains de concours, on met ce qui est utilisé quotidiennement dans les malles. Les selles et le matériel ayant besoin d’être à l’abri restent dans le camion. C’est une logistique de concours assez classique.

Quelles marques de bottes avez-vous à la maison et en concours ?

J’ai les bottes Joël Albert, le modèle « paraboot ». Je trouve le rapport qualité prix très bon. Avant, j’utilisais une marque italienne beaucoup plus fine. Je consommais environ trois paires de bottes par an, comme je les porte beaucoup. Aujourd’hui, je garde mes bottes « Joël Albert » pendant 2 ans. Elles ne sont pas tellement plus chères et sont très confortables. Si vous prenez des bottes très épaisses, c’est votre pied qui se fait à la botte et je n’ai pas du tout envie de ça. Avant, il fallait passer par trois semaines de souffrance pour que la botte se fasse. Ce n’est plus le cas désormais car Joël Albert a évolué notamment concernant le design. Ce sont de bonnes bottes.

 

Utilisez-vous les dernières nouveautés connectées telles que la selle CWD connectée, les capteurs Equisense ou HorseCom? Si oui, qu’en pensez-vous et pourquoi les utilisez-vous?

Non,  je n’ai pas utilisé la selle connectée CWD car je suis chez Antares. Je suis malgré tout intrigué.

J’ai le capteur Equisense depuis le départ. Je suis curieux et sensible à toutes les nouveautés car je cherche à m’améliorer sans cesse. Grâce à ces objets je vois mieux la régularité des allures, la symétrie. Cet outil m’a permis de voir que j’étais parfois en décalage. En utilisant le capteur en concours, je me suis rendu compte que j’étais distrait au paddock. On ne pense plus qu’à sauter, on est gêné par les autres… Le capteur montrait que j’avais travaillé 35% à une main et 65% à l’autre main, alors que je m’en rendais pas compte.

J’ai testé HorseCom avec des chevaux sensibles au bruit et j’ai pu travailler là-dessus. Cela m’a permis de focaliser mon attention, et d’écouter de la musique en même temps, ce qui est agréable.

Je suis à l’affut de toutes ces nouveautés comme je veux progresser. Il m’est parfois arrivé d’utiliser des objets qui se sont finalement révélés sans intérêt pour moi. Mais globalement, c’est toujours un petit plus.

Dernière question. Que pensez-vous du concept « PreppySport » qui consiste à sécuriser la vente de matériel d’occasion entre particuliers ?

C’est très intéressant, ça permet de donner une nouvelle vie à l’équipement. On est sûrs d’avoir des cuirs un peu formés, et c’est bien plus abordable au niveau financier. J’achète toujours des voitures d’occasion, par contre je passe toujours par un garage pour sécuriser la transaction (rire).

Pour le matériel équestre d’occasion, ou neuf, c’est PreppySport qui se charge de sécuriser vos achats !

L’acheteur paye via l’interface sécurisée et PreppySport transfère le paiement au vendeur après réception du produit par l’acheteur.

Un grand Merci à Karim Laghouag et à Théo Caviezel qui a réalisé cette interview pour PreppySport !

Crédit photo : Pauline Arnal.

Vous pourrez également aimer