Interviews, Non classé

ITW : Enora de Vienne

26/07/2019

Enora de Vienne, déjà tout d’une grande championne

A l’occasion des Championnats de France Poneys à Lamotte Beuvron, l’équipe Preppy Sport a pu rencontrer Enora de Vienne après sa magnifique victoire dans l’As Poney Elite Dressage !

Nous avons alors pu découvrir une jeune fille simple, mature et humble qui a déjà tout d’une grande championne !


 

  • Est-ce que tu peux te présenter et présenter tes poneys ?

Je m’appelle Enora de Vienne, je vais avoir 16 ans en Novembre et j’habite dans le Loiret dans les écuries de mes parents. Je fais du cheval depuis toute petite et je suis tombée dans le dressage quand j’avais 10 ans.

J’ai commencé avec un poney qui avait déjà eu 12 médailles aux Championnats d’Europe : Norvège Blamoer. J’ai eu de la chance de croiser sa route. Ensuite j’ai eu 3 chevaux avec lesquels j’ai fait trois championnats d’Europe différents en Children. On a eu une médaille à chaque fois. Une médaille de bronze à Vidauban en 2015, une médaille d’argent en Espagne en 2016 et en 2017 une médaille de bronze à Rozendaal. C’était super !

Muriel m’a mise sur Swyn en Septembre dernier et grâce à Rose Harang et à AK Collection j’ai pu continuer la saison. J’espère pouvoir continuer avec Swyn un petit peu.

 

  • D’où te vient la passion pour les chevaux, l’équitation ?

De mes parents parce que je vis dedans et que j’ai toujours aimé ça. J’ai vraiment commencé à monter à cheval à partir de 6 ans.

 

  • Ta famille est-elle issue du monde de l’équitation ?

Mes parents tiennent un poney-club et écurie de propriétaires. Mon père était cavalier pro de CSO mais il a eu un accident qui fait que maintenant il est handicapé et ne peut plus monter à cheval. C’est ce qui m’a dirigé vers le dressage puisque c’est la spécialité de ma mère, ça m’a facilité la tâche.

© Marion Poisson ( @marionphotographieequine )

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

Bien parce que pour moi les études ça reste quand même important dans le sens où j’ai envie d’avoir un bon métier qui me plaît et rester quand même dans le monde de l’équitation au niveau de ma passion alors j’allie les deux parce que j’en ai envie et parce que j’ai envie de bosser même si parfois ça n’est pas facile au niveau de la fatigue, du temps, on fait avec on est tous comme ça je pense.

 

  • Est-ce que tu as déjà pensé à faire le CNED ?

Non pas du tout parce que j’avais envie d’une scolarité normale, je voulais suivre des cours, être quand même en société parce que plus tard dans le monde du travail je vais être confrontée au reste de la société, aux gens et c’est bien d’y être habituée, de ne pas être cloisonnée.

J’avais envie d’avoir une scolarité normale et de pouvoir monter à côté.

 

  • Tu participais ici aux Championnats de France 2019 au Grand Prix en Dressage, comment t’y es-tu préparée et comment as-tu préparé Swyn à cette échéance ?

Je le monte tous les jours et je diversifie les entraînements. Je fais beaucoup de stretching, d’entraînements simples et quelques fois par semaine j’enchaîne et je travaille plus les mouvements mais j’essaie vraiment de faire le travail de base parce que je le travaille tous les jours, de l’assouplir et j’essaie vraiment d’être cool au niveau des entraînements : juste ce qu’il a besoin, pas trop.

 

  • On a eu un épisode de canicule la semaine dernière et il fait même encore très chaud là à Lamotte, comment tu l’as vécu et comment as-tu pu travailler en fonction de ça avec tes poneys ?

D’habitude on ne change rien pour s’habituer à la chaleur mais là comme il a fait très chaud, très vite, on montait à 5h le matin. Au moins il faisait frais, entre 5 et 7h pas plus tard à cheval et du coup l’après-midi on douchait les chevaux, on s’en occupait mais on montait très tôt le matin.

© Marion Poisson ( @marionphotographieequine )

  • On sait que Swyn a perdu son œil gauche, est-ce que ça joue sur sa façon de se comporter, comment tu le ressens ?

Lui je dirai qu’il le vit plutôt bien, il s’y est habitué. A cheval je ne le sens pas du tout à part qu’il faut plus le tenir à gauche puisqu’il ne voit pas les barrières alors il faut faire attention mais honnêtement maintenant je ne m’en rends plus compte.

C’est plus à pieds comme on le tient à gauche il faut faire attention par exemple pendant les visites vétérinaires je pose ma main sur son encolure pour qu’il me sente et qu’il soit rassuré parce qu’en général il panique plus qu’autre chose quand il ne nous voit pas mais ça va il est très gentil comme entier alors je n’ai pas trop de soucis !

 

  • Est-ce que tu avais un objectif précis pour ce championnat ?

Je me disais qu’il fallait que je fasse du mieux possible. Je n’avais pas d’objectif précis dans ma tête après bien sûr le podium et la première place ça reste toujours l’objectif de tout le monde je pense mais je ne pensais pas du tout arriver à ces notes là et ce résultat-là !

 

© Perle Robillard (@p.robi_photos)

  • Tu es Championne de France ça y est, c’est fait, est-ce que tu t’y attendais, comment as-tu réagi, qu’est-ce que ça fait, raconte-nous un peu !

Alors, ça fait bizarre ! (rires) franchement ça fait bizarre parce que je ne m’y attendais pas du tout je venais juste là pour m’amuser et montrer un peu ce que je pouvais faire et faire du mieux possible. Mais je ne pensais pas du tout être championne de France surtout qu’il y a de très bons poneys et de très bons cavaliers dans mon épreuve dont Alexandre Cheret qui a déjà fait les Championnats d’Europe en poneys et vu comment il a tourné cette année je ne pensais pas du tout pouvoir passer devant et il y avait beaucoup de très bons cavaliers.

J’ai été entraînée et coachée par ma mère et par Muriel Leonardi, l’entraîneuse nationale.

 

 

  • Tu parlais de tes sponsors, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus ?

Je suis sponsorisée par  AK Collection qui est le co-propriétaire de Swyn.

Après j’ai plusieurs sponsors : Havens, EquiPerformance c’est les produits que j’utilise pour Swyn en concours pour le détendre. Equisage, Vans Fautras, Childéric et ensuite tous les partenaires d’équipements, je ne vais pas tous les citer sinon je vais en oublier.

 

  • Est-ce que tu as une anecdote à nous raconter sur tes Lamotte ?

Mes derniers Championnats de France je n’ai pas fini ma reprise parce que mon poney est parti à fond et a sauté la lice ! (rire) Donc c’était un peu dommage c’était il y a longtemps mais c’était drôle, bon pas sur le moment mais maintenant on en rigole !

 

  • Quel est ton meilleur souvenir avec Swyn ?

Les Championnats de France je pense. Je ne m’y attendais tellement pas et ma RLM parce que j’adore les reprises libres en musique et je ne l’ai jamais aussi bien déroulée et je ne pensais jamais avoir une note comme ça donc je suis vraiment contente !

 

  • Est-ce que tu connaissais déjà un peu PreppySport ?

Je suis désolée mais non pas du tout ! Mais ça m’a fait découvrir c’est bien, j’ai découvert le concept !

 


 

Un grand merci à Enora de nous avoir accordé de son temps pour cette très sympathique interview ! 

Nous lui souhaitons encore un long chemin dans le monde de l’équitation et de nouveaux très beaux titres ! 🏆

 


 

Vous pourrez également aimer