Interviews

ITW : Jonas de Véricourt

14/04/2020

Jonas de Véricourt, jeune complétiste de talent

 

Retour sur notre rencontre avec Jonas de Véricourt, lors des championnats de France Poney à Lamotte Beuvron en 2019.

Nous avons alors découvert un jeune garçon simple, drôle et motivé  !


  • Est-ce que tu peux te présenter et présenter tes poneys ?

Je m’appelle Jonas de Véricourt, j’ai 17 ans, je montais Vidock de Berder en As Poney Elite CCE et Asahi de Tassine en As Poney Elite CCE. Maintenant je suis passé à cheval et je monte Reliquaire sur le circuit junior CCE et Éclipse d’Ems, une jument de 6 ans en amateur CCE pour le moment.

 

©Marion Poisson – Equestrian News


 
  • D’où vient ta passion pour les chevaux, l’équitation ?

Ma famille a toujours eu des chevaux. Ils ne travaillaient pas forcément dans le cheval mais ça a toujours été un loisir pour eux donc j’ai baigné dedans depuis tout petit.

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

On se débrouille. En général je rentre des cours et je monte. Je fais mes devoirs après. C’est sûr que ça fait des journées plus chargées mais c’est un choix.

  • Est-ce que tu as déjà pensé à faire le CNED ?

Non je pense que c’est indispensable de pouvoir être quand même au lycée normal. C’est vrai qu’avec l’équitation ça nous détache un peu d’une vie sociale alors en plus, faire le CNED c’est encore pire.

  • Tu participais ici aux Championnats de France 2019 au Grand Prix en CCE avec ton poney, comment t’y es-tu préparé et comment as-tu préparé ton poney à cette échéance ?

Après Tours début Juin il a eu une semaine de repos, de récupération. Après on a repris le travail sur le dressage principalement. On saute assez peu, une fois par semaine grand maximum mais on a vraiment travaillé le dressage.

  • On a eu un épisode de canicule la semaine dernière et il fait même encore très chaud là à Lamotte, comment tu t’es organisée et comment as-tu pu travailler en fonction de ça avec ton poney ?

Alors moi j’habite en Normandie donc ça va (rires) ! On monte assez tôt le matin pour les monter à la fraîche.

  • Est-ce que tu avais un objectif précis pour ce championnat ?

Oui, j’aurai bien aimé aller chercher une médaille quand même, réussir à retrouver un meilleur dressage. Il y a pu y avoir quelques irrégularités dans la saison même si c’est en progrès. Et puis avoir le double sans-faute. Là j’ai eu un petit 4pts sur le CSO mais dans l’ensemble ça reste quand même positif.

  • Cette année il y a eu des petits problèmes par rapport au cross du Grand Prix CCE. Vous l’avez fait plus tard pour des raisons de terrain si je ne me trompe pas. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus et au final comment ça s’est passé ?

C’est vrai que le Samedi on a fait la reconnaissance l’après-midi et on s’est dit qu’ils allaient retravailler le terrain … Et le soir on a vu que ça n’était pas retravaillé et qu’on prenait un risque de faire courir les poneys sur ce terrain. Donc le matin les coachs et tout ça se sont réunis pour essayer de trouver des arrangements et finalement on a décidé de déplacer le cross sous condition de changement d’une combinaison dans le gué. Le gué n’était pas très bien et le temps a été rallongé pour pas pousser trop les chevaux.

© Perle Robillard – @p.robi_photos

  • Est-ce que tu as des sponsors ?

J’ai un partenariat avec Antarès et avec la sellerie de la Cote à Deauville.

  • Est-ce que tu es un peu du genre addict au shopping ou tu n’es pas trop dépensier ?

Il peut siffler un paquet de carottes entier en une semaine mais on arrive à rester raisonnables quand même. Forcément on les gâte parce que vu ce qu’ils nous donnent, ils méritent. 

©Léa Fayol – Equestrian News

  • Est-ce qu’il y a une marque ou un article que tu rêverais d’avoir dans ta sellerie ?

Toute la gamme Antarès, c’est vrai que c’est quand même très bien. Après il y a pleins de trucs de soins que l’on aimerait avoir forcément pour nos chevaux mais qu’on ne peut pas forcément s’offrir comme par exemple tous les trucs de balnéothérapie (…) ça donne envie mais comme on sait que ça n’est pas forcément indispensable et que c’est très très cher on ne se l’offre pas forcément mais c’est vrai que ça fait rêver !

  • Ton meilleur souvenir de ta saison à poney ? Et de ta dernière saison ?

La Coupe des Nations de Marbach, courir en équipe c’est toujours un moment assez fort en plus à l’étranger c’était quand même un moment incroyable. Et, mon meilleur souvenir de la saison dernière est la médaille d’argent des championnats d’Europe de strzegom et la victoire dans la coupe des nations de Marbach, les épreuves internationales et en plus par équipe sont toujours des super moments !

  • Comment se passe le confinement, peux-tu travailler tes chevaux ? 

J’ai la chance d’habiter sur place donc je peux monter mes chevaux tous les jours ainsi que quelques chevaux des écuries comme Vidock mon ancien poney. On a évidemment envie de retourner en concours mais cette période de travail à la maison sera sûrement bénéfique !


Un grand merci à Jonas de nous avoir accordé de son temps pour cette sympathique interview ! 

Nous lui souhaitons de continuer à réussir et progresser dans la suite de son parcours équestre !

Vous pourrez également aimer