Archives

Non classé

La Wishlist de la rédac’

29/03/2019

Pas de Noël en vue, pas d’anniversaire ou de saint Valentin, pourtant aujourd’hui, les membres de la rédaction vous présentent leur wishlist! Et oui, pourquoi aurait-on besoin d’un événement particulier pour dresser la liste de nos envies? On vous prévient toute suite, les listes sont longues et exhaustives ! 

Camille (la boss), notre fondatrice

  • Muserolle Y, Antarès

  • Sangle mouton, Kentucky

  • Pantalon, GEM

  • Selle, Meyer

  • Couverture, Kentucky

Camssou, notre chargée de service client

• Guêtres Ice Vibe, Horseware

 Guêtres, Devoucoux

• Pochette à carnet, GEM

• Couvre-reins, Kentucky 

• Bavette mouton, CWD

• Couverture pour chien, Kentucky

• Un nouveau mec, peut-être sur Tinder?  

Romane, notre stagiaire

   • Sangle bavette noire mouton, Kentucky

   • Malle de transport, Alfako

   • Polo « Faustine », Samshield 

   • Ceinture « Strass et Lurex », Ju & Pa

   • Couverture nid d’abeilles, Scarpati

Léa, notre rédactrice

   • Bonnet perles noir, Kentucky 

   • Pantalon enfant bleu marine, Godignon 

   • Guêtres Vento noires, Veredus 

   • Couverture laine, Greenfield 

   • Bottes basiques sans lacet, Alex Boots

Ann, notre micro-stagiaire

 

   

 

   • Veste vert sapin, Skorpii 

    • Miss Shield, Samshield 

   • Tapis et bonnet, Hermès

   • Mini Frac, Lamantia couture

Dans la sellerie de...

Dans la sellerie de Laura Klein

22/03/2019

PreppySport a choisi de s’intéresser aujourd’hui à une grande étoile montante de l’équitation. Il s’agit de la jeune et talentueuse Laura Klein. Cette cavalière prometteuse s’est illustrée de nombreuses fois, notamment avec sa jument de tête, Schweps du Soutrait. Le couple est parvenu à se hisser à la 7ème place de l’épreuve individuelle des championnats d’Europe juniors 2017, se courant en Slovaquie. De bonne augure pour la suite de sa carrière sportive… Laura nous livre ici les secrets de sa réussite en nous ouvrant les portes de sa sellerie.

Hello Laura, peux-tu te présenter brièvement?

Bonjour, je m’appelle Laura Klein, j’ai 17 ans et je monte depuis toute petite avec mes parents à Tonnoy, près de Nancy.

  • Modifier
L'équitation est une affaire familiale pour toi, ton papa est également ton coach, et ta maman monte aussi régulièrement. Comment cela se passe au quotidien? Ce n'est pas source de conflit?

J’ai la chance d’avoir mon père en coach, il me connaît par coeur et connaît tous mes défauts mais aussi mes qualités. J’adore travailler avec lui. Ma maman me coach un peu moins mais elle est toujours là pour m’aider si j’en ai besoin. Je trouve ça super de pouvoir partager ma passion avec eux.

Arrives-tu à concilier les chevaux et ton travail scolaire ?

Je suis toujours allée à l’école en filière générale mais j’ai décidé de faire ma terminale au CNED car j’étais souvent absente pour aller en concours et ce n’était pas toujours évident de rattraper les cours. cette alternative est une bonne solution qui me convient.

© Collection privée

© Collection privée

Peux-tu nous présenter tes chevaux? Quelles épreuves as-tu l'habitude de courir avec eux?

Je monte Schweppes du Soutrait qui appartient à Alain Maire, depuis maintenant 4 ans. Avec elle je fais les 145 et nous avons participé à 3 championnats d’Europe où nous avons obtenu une belle 7ème place en individuel en 2017. Les autres chevaux que je monte sont les chevaux de Simon Delestre. En cette fin de saison 2018, j’avais Qopilot Batilly avec qui nous avons eu une belle 2ème place dans ma première 150 au Maroc (photo).

 

Quels sont tes projets équestres pour la saison à venir?

Je monte maintenant avec Simon Delestre donc j’aimerais bien pour l’année prochaine être performante avec les chevaux qu’il me confie. J’ai toujours dans la tête les championnats d’Europe juniors mais c’est encore loin.

Quelles sont les plus grosses échéances auxquelles tu aies participé?

Mes plus grosses échéances sont les championnats d’Europe, j’en ai fait 6 mais c’est toujours le gros point de la saison. C’est toujours sympa de faire une compétition importante en équipe.

Quel est ton concours préféré, et pourquoi celui là et pas un autre?

J’adore le concours de Lyon, tout est réuni pour faire un super concours. Les chevaux sont bien installés, les pistes sont bonnes et l’organisation est super!

As-tu des sponsors? Peux-tu nous les présenter rapidement?

Oui, j’ai plusieurs partenaires. Il y a la maison Hermès, qui me suit depuis maintenant 5 ans, ils sont toujours à l’écoute, et leurs produits sont vraiment tops! Il y a aussi Parlanti, qui font des bottes d’une super qualité.

Pour finir, est-ce que tu envisages de faire de l'équitation ton métier ?

Je sais que c’est assez difficile faire son métier dans les chevaux, mais j’aimerais beaucoup, oui !

© Collection privée

                               Nous remercions Laura d’avoir répondu à nos questions, et lui souhaitons la plus belle des réussites !

 

Astuces et conseils

Les malles de concours

15/03/2019

Qui dit mois de mars dit reprise de la saison de concours, à ta plus grande joie. Tu te vois déjà, en retard, courant entre la voiture et le box de ton cheval pour ramener tes affaires, perdant une guêtre ou un filet au passage? En effet, que tu aies ta propre voiture, ou que tu utilises celle de tes parents, elle se transforme vite en casier pour les affaires de ton fidèle destrier tous les dimanches. Cet article plein de bons plans va donc faire fondre ton coeur. Aujourd’hui, on se propose de te faciliter la vie, en te présentant diverses malles de rangement, tu vas nous remercier, mais ton porte-monnaie peut être pas. (Heureusement qu’il y a Preppy pour te dénicher des pépites à petits prix! ) Ayant tous des besoins, budgets et fréquences d’utilisation différents, un large choix de malles s’offre à toi. Nous allons t’aider à y voir plus clair, pas d’inquiétude. Nous allons aujourd’hui confronter plusieurs produits à des prix similaires, et te présenter notre avis sur chacun d’entre eux. En mode Battle.

Le travel bag de chez Horse and Travel VS le sac de compétition Hélite HEXA

Le travel bag de chez H&T, à 290,00€

Basé sur le principe d’une valise, ce travel bag de chez Horse & Travel est entièrement adapté à l’équitation. On y retrouve un emplacement spécial pour ta selle, maintenue à l’aide de deux sangles. Tu pourras non seulement y rentrer cette dernière, mais aussi ta bombe, sangle, tapis, amortisseur, étriers,… Tout y passe !

• Le must : Elle est disponible en une multitude de coloris, et livrée avec un système permettant de la mettre sur roulettes et la transporter plus facilement. Ce trolley et d’ailleurs rétractable et dissociable du sac. La matière « tarpaulin » permet de nettoyer le sac hyper facilement et de conserver une voiture propre. Tu peux même shopper plein d’articles assortis à ton travel bag ! (sac à foin, housse de veste,…)

• Le petit moins : Même si l’absence de coque rigide permet d’alléger le poids de la malle, on est moins rassurés à l’idée de la laisser devant le box de notre cheval toute la durée du concours. Et attention si tu souhaites l’acheter d’occasion, sur l’ancien modèle les roues étaient plus petites et donc moins pratiques. 

VS

Le sac de compétition Hélite de chez HEXA, à 190,00€

Tout comme chez Horse and Travel, tout y rentre: selle, bombe, bottes,… C’est le même principe. Cependant, ce modèle de chez Hexa se présente plus comme un sac de voyage, contrairement à celui de chez H&T, qui se base sur le principe d’une valise organisée. Tu pourras toutefois y retrouver des compartiments, pour séparer tes affaires sales de ta selle (brillant de mille feux), par exemple.

• Le must : Son prix canon pour une même utilisation et son poids à vide de 3,5kg.

• Le petit moins : Tu ne pourras pas choisir la couleur de ton nouveau gadget puisqu’il n’est disponible qu’un seul coloris. Son treuil à roulettes n’est pas dissociable du sac. Donc si jamais tu es sur un concours boueux, et que tu dois le porter, tu ne pourras pas enlever ce fameux treuil pour économiser tes forces pour ta prépa 105.

Au final, il te faudra choisir si le plus important pour toi est de faire ressortir ton côté girly en choisissant la couleur de ton sac (et de préserver tes muscles), ou de préserver ton porte monnaie. 90€ séparent ces deux produits, pour un sac un peu plus élaboré.

La malle midi spéciale concours ALFAKO VS la malle JL Horse Concept

La malle midi spéciale concours de chez ALFAKO, à 1129,00€

On monte tout de suite en gamme avec ce second duel. Cela se ressent, bien sûr, dans la qualité du produit proposé. On trouve ici la malle alfako avec ses nombreux emplacements de rangement.

• Le must : Une seule clé verrouille la totalité de la malle. Donc si tu fais partie de ces personnes tête en l’air, tu n’as pas de soucis à te faire, Alfako a pensé à toi. Pas besoin de se trainer 36 clés. La marque a aussi pensé à vous, les complétistes, puisque l’on y retrouve 2 porte-selles.

• Le petit moins : C’est une malle très complète au niveau des rangements, et de ce fait, elle sera plutôt lourde pour tes petits bras.

VS

La malle de chez JL Horse Concept, à 1575€

Cette création de JL Horse Concept est similaire au produit de chez Alfako. On y retrouve deux porte-selles, trois tiroirs et des porte-filets. Mais cette malle innovante va en ravir plus d’un, grâce à son arme secrète, qui lui donne une longueur d’avance sur ces concurrents. On vous en parle toute suite.

• Le must : On est fans de son panneau solaire et de son chargeur d’iPhone intégrés, nous permettant de recharger nos portables en toute sécurité sur les terrains de concours. Et oui, on sait que ça va te sauver !

• Le petit moins : C’est comme pour la malle Alfako, elle est assez lourde à transporter (encore plus si tu y ranges toute ta vie).

Le geek en toi te le hurle, il te FAUT la malle JL horse concept, mais concerte tout d’abord ton compte en banque, car il risque de ne pas aimer.

La malle STX VS la malle ME Cases

Si tu as décidé de casser ton PEL, ce troisième est dernier duel est pour toi. Il opposera la malle STX à la malle ME Cases. Mais attention les yeux, ça pique !

La malle de chez STX, à 2500€

Une malle à ce prix là, tu penses que c’est de la folie? Nous aussi au début, mais laisse nous te présenter les spécificités de cette malle STX!

• Le must : Elle possède des roues gonflables freinées, 2 fixations d’attache pour treuil, des poignets latérales, une fermeture à clé. En gros c’est LA malle qui est prête à partir en guerre avec toi. Elle résiste à tout: boue, voleur de selle, pluie, neige, et d’après la légende, elle résiste même aux 4 points sur le dernier.

• Le petit moins : Son prix, bien entendu. De plus, on ne retrouve malheureusement pas de long tiroir pour ranger nos plus beaux tapis à plat. Et cette malle est si lourde que tu auras presque besoin de ton permis PL pour la transporter.

VS

La malle de chez ME Cases, à partir de 2800€

Il s’agit des seules malles sur le marché qui sont 100% personnalisables. Tu peux choisir les couleurs, les dimensions, le nombre de tiroirs, de la faire floquer ou non, et j’en passe. Plein d’options d’autant plus cools qu’elles sont complètement fabriquées en France, à la main. Et surtout… elles sont garanties à vie! 

• Le must : Un petit miroir pour que tu puisses admirer ta superbe tenue avant ton tour. Grace à lui, tu pourras voir cette petite trace d’herbe sur ta fesse droite, et l’éradiquer. On retrouve aussi des prises usb, de la lumière, du chauffage ou encore des portes documents (super sympas pour y ranger les papiers de ton loulou). Tu peux donc choisir n’importe quelles options, et configurer une malle qui correspond vraiment à tes besoins, laisse parler ta créativité! Et détail non négligeable ; elles sont super légères ! 

• Le petit moins : Tout d’abord, leur prix, ne les rendants pas accessibles à tous. Ensuite, elles sont victimes de leur succès (et oui, quand on fabrique les malles de Kevin Staut, forcément ça attire du monde), donc les délais de fabrication sont rallongés,…

Il existe toutefois des alternatives aux produits que nous venons de vous présenter : les malles La Gée verticales par exemple. On y retrouve tous les points qui nous paraissent essentiels, et elles sont à mi-chemin en terme de prix avec les articles proposés. En effet, la malle est verticale, étanche, sur roulettes, tout pour une organisation au top ! Il y a même un petit compartiment pour ranger les produits de soin de ton dada. Maintenant, plus d’excuses pour être en retard sur les paddocks. Et Preppy t’en propose même à prix canons ! 
Non classé

Rencontre avec Anaïs de FreeJump

08/03/2019

Nous avons eu la chance de rencontrer la superbe Anaïs-Cerise du renommé blog Cavalcades. Cavalière hors normes, favorisant au maximum le travail à pieds avec son cheval, et également membre de l’équipe Freejump, Anaïs a accepté de répondre à nos questions. 

Peux tu te présenter, ainsi que ton cheval Mimi?

Bonjour, je m’appelle Anaïs-Cerise, j’ai 30 ans et je vis à Bordeaux ! Mon cheval s’appelle Roméo, surnommé Mimi, c’est un selle français par Diamant de Semilly qui vient de fêter ses 14 printemps et bientôt 7 ans de vie commune ! Mimi habite dans les écuries d’Olivier Robert à quelques kilomètres de Bordeaux ! Nous faisons du CSO en compétition, notre sport c’est les 130 mais nous avons aussi couru quelques 135 (avec la boule au ventre bien sur) ! Mimi est un cheval hyper compet, quand il rentre en piste c’est un dragon: il ne blague pas avec les concours ! À côté de ça, je suis une grande fan de dressage classique que je re-visite à ma sauce, mon objectif pour l’année à venir serait de pouvoir dérouler un GP de dressage – à la maison bien sur – mais d’être capable d’enchaîner tous les mouvements … je me suis découvert une passion pour le travail en liberté et la cordelette (monter sans filet) il y a quelques années. Mimi le grand sensible a tout de suite accroché avec le concept, nous sommes donc un « couple » très polyvalent et super fusionnel de part nos nombreux moments passés ensemble dans cette équitation un peu différente !

©M.K Photographie

Quelle est ta formation?

J’ai passé un Bac ES, et j’ai ensuite passé un Bachelor en Business et Management, une école en 3 ans à l’EGC de Montauban (82). Diplôme en poche, j’ai ensuite poursuivi avec un Master en Communication et Publicité en 2 ans à l’Inseec de Bordeaux.

Comment et quand es-tu arrivée chez Freejump?

©M.K Photographie

Je suis arrivée chez Freejump en décembre 2016, après 7 ans dans le milieu du vin – produit phare à Bordeaux, j’avais envie de changer de milieu tout en restant dans ma ville de cœur. Au détour d’une conversation à Equitalyon 2016, je me retrouve à faire un entretien au bord du paddock pour un poste chez Freejump – 1 mois plus tard j’attaquais mes nouvelles fonctions !

Quel est ton poste actuel chez FreeJump et quelles sont tes missions?

Je suis chargée de communication et évènementiel. Nous sommes une petite équipe alors il faut être multi-tâches et mon métier m’amène à faire beaucoup de choses très diverses et variées !
Côté évènementiel, je m’occupe de l’organisation de tous nos évènements et gros salons, en France ou à l’étranger, la logistique et le montage des stands, coordination et présence le jour J, l’organisation de nos deux concours Freejump Contest (le premier en Allemagne chez Beerbaum à Pâques et le second à Barbaste fin juin) …

©M.K Photographie

Côté communication je suis en charge des réseaux sociaux, de la communication digitale, de notre site internet, des campagnes de communication …
J’ai aussi une casquette marketing, puisqu’en soutien au service commercial, je mets en place des outils pour aider les magasins à mieux mettre en avant et mieux vendre les produits Freejump.
Je m’occupe aussi du développement, test et du suivi de certains de nos produits !
Enfin je m’occupe également de la relation avec certains cavaliers, du recrutement de nouveaux et du suivi de nos partenariats !

C’est une mission très complète, pas le temps de s’ennuyer !

Souhaitais-tu devenir cavalière professionnelle?

©M.K Photographie

J’aurai adoré oui, mais pas pour les concours, plutôt en soutien en tant que cavalière pour préparer et dresser les chevaux à la maison… mais mes parents m’ont toujours poussée à garder le cheval comme loisir alors je me suis lancée dans des études !

Quelle est la semaine type d'Anaïs de Freejump, entre le travail et les chevaux?

©M.K Photographie

Je passe beaucoup de temps au bureau, quand il n’y a pas d’évènements ou de salons bien sur ! J’arrive à 9h au bureau et je commence toujours par un café ! Après c’est parti pour traiter les emails, les urgences, les demandes des cavaliers et tous les sujets en cours. Nous échangeons beaucoup au sein de l’équipe, c’est un super environnement de travail ! En général je débauche vers 19h-19h30 sauf les jours où je vais monter à cheval, le mercredi et le vendredi j’essaie de partir un peu plus tôt pour pouvoir profiter des derniers rayons de soleil ! Je monte 4 fois par semaine, deux fois en semaine et le week-end ! Mes journées sont plutôt bien remplies !

Quel est le cavalier que tu admires le plus, et pourquoi?

Sans aucun doute, Alizée Froment, une cavalière hors norme de dressage qui fait également beaucoup de spectacles à travers le monde entier ! Elle travaille énormément en liberté ! J’admire la relation avec ses chevaux et la manière dont elle travaille, c’est une équitation juste, dans la légèreté, très cheval ! J’ai énormément de respect pour ce qu’elle fait !

Qu'est-ce-que tu aimes le plus dans ton travail?

J’adore cette vie à 1000 à  l’heure, je suis très active de nature, j’aime que les choses bougent et avancent vite ! Chez Freejump, nous avons la chance d’avoir sans cesse des nouveautés, des nouveaux cavaliers, des nouveaux challenges … bref on ne s’arrête jamais et j’aime ce train de fou !

Quels conseils donnerais-tu à un(e) cavalier(e) souhaitant travailler dans le secteur équestre?

De s’accrocher à ses rêves mais en construisant un vrai projet professionnel, c’est aussi très dur de vivre de sa passion, il peut y avoir de grosses désillusions alors il faut être préparé et endurci ! Mais quand même il n’y a rien de plus chouette que d’être content d’aller bosser le matin, quand on aime ce qu’on fait et le secteur dans lequel on le fait, je pense qu’on se donne encore plus et qu’on s’épanouie énormément. On ne vit qu’une fois alors autant que ce soit le plus génial possible !

 

©M.K Photographie

Recrutez-vous actuellement? Si oui, pour quels postes?

Non pas de recrutement pour le moment, l’équipe est au complet !

Quelle est l'actualité Freejump?

2019 va être une année chargée en nouveaux produits, c’est encore secret mais ils ne devraient plus trop tarder à pointer le bout de leur nez! Stay Tuned comme disent les américains!

❤️ La vidéo coup de coeur de Preppy Sport ❤️

Maintenant, parlons un peu de matériel: quels sont tes 5 indispensables?

   • Mes étriers freejump, le modèle Soft’Up Classic pour le confort et l’amorti qu’ils apportent à mes chevilles bien éprouvées.

   • Mon casque GPA 4S Carbone First Lady, que j’adore pour sa sécurité bien évidemment et surtout son look !

   • L’essential Detox pour Mimi, il n’a qu’un seul rein qui fonctionne alors c’est très important pour lui d’être un peu aidé pour filtrer les toxines de son corps.

   • Ma couverture accuhorsemat, une couverture d’acupression qui permet de détendre et libérer les endorphines sur le dos et les épaules du cheval.

   • Ma veste de concours Pénélope Leprevost, en plus d’être légère et super bien taillée, elle a look d’enfer !

Quelle marque d'équitation te fait rêver? Pourquoi?

Je n’ai pas vraiment de marque qui me fait rêver, j’ai beaucoup d’admiration pour les marques qui se battent pour défendre leur ligne de conduite, qui « pense » cheval comme par exemple GEM, qui grandit au fil des années et propose des produits toujours ingénieux ou alors j’ai découvert récemment les produis Back on track qui apportent un réel confort aux chevaux grâce à leur matière spéciale ! J’adore les gens qui réfléchissent au concept de leur produit et qui feront vraiment la différence dans notre quotidien de cavalier !

©M.K Photographie

Utilisatrice de PreppySport, on peut dire que tu tries régulièrement tes affaires, est-ce que tu achètes plus que tu ne vends?

Je suis plutôt une vendeuse, j’essaie de ne pas céder à la tentation car ma sellerie déborde déjà … !

Quel est le produit que tu adorerais essayer ?

Le nouveau pantalon déperlant de chez Pénélope Leprevost ou la nouvelle veste airbag Oscar & Gabrielle.

Quel est le produit que tu dois absolument acheter dans les prochains mois ?

Un nouveau filet avec une têtière large pour les cervicales sensibles de mon mimi, ça m’éviterait de devoir le démonter à chaque fois que je dois changer de mors.

Quel est le dernier élément que tu as mis en vente ?

Un manteau d’hiver Le Sabotier.

Si tu devais recommander PreppySport à un(e) ami(e), comment lui présenterais-tu le concept ?

©M.K Photographie

Je lui dirais que c’est un site très facile à utiliser, sans aucun risque de se faire arnaquer par des gens qui ne paient pas les produits une fois qu’on les a envoyés ! Il y a beaucoup d’utilisateurs, on a donc de grosses chances de vendre nos produits si on est dans un prix correct ! Mes expériences furent super positives, les ventes sont rapides, il y a une super communication avec l’équipe qui nous guide dans chaque étape ! À recommander les yeux fermés ! Je n’ai pas encore testé le service de conciergerie mais je suis sûre que pour les faignants du web c’est un service qui cartonne !

Nous remercions Anaïs d’avoir répondu à nos question. C’est une cavalière que nous admirons pour sa formidable complicité avec son cheval. Bonne continuation à elle ! Comme on dit, « une image vaut mille mots », on vous laisse en juger par vous même.

Interviews

Cheval de course, et après ?

01/03/2019
Aujourd’hui sur PreppySport Le Blog, on parle reconversion! Quand on pense aux sports équestres, ce qui nous vient tout de suite à l’esprit c’est le bon selle français, bien osseux et compact. Mais depuis quelques années maintenant, sur les terrains de concours, on voit de plus en plus de chevaux réformés des courses. auxquels on ne pense pas toujours mais qui présentent de réelles aptitudes pour le monde du sport. 
Des associations et des écuries spécialisées dans la reconversion de chevaux de courses voient aujourd’hui le jour. Elles ont pour but d’offrir aux chevaux de courses une vie après celle du monde des courses.

Nous avons fait le choix de vous parler de L’association « Au delà des pistes » qui est un acteur majeur de la reconversion de ces chevaux. Elle est l’association officielle de promotion de la reconversion des chevaux de courses en France. Ils ont, être autre, mis en place un annuaire des écuries (avec lesquelles ils sont partenaire) dans lesquelles on peut trouver des chevaux réformés disponibles à la vente et dédiés au sport ou au loisir. Une journée de la reconversion s’est également déroulée le 3 février dernier à l’hippodrome de Pau. Cela dans le but de promouvoir les aptitudes des chevaux reconvertis dans différentes disciplines (CSO/Dressage/HorseBall…). Un circuit regroupant des épreuves de CSO destinées uniquement aux chevaux réformés à également été mis en place. Le circuit compte 7 étapes réparties sur l’ensemble du territoire et est ouvert aux cavaliers club et amateur. Un bon moyen de rassembler ceux qui sont tombés sous le charme de ces chevaux au grand coeur et de partager leurs expériences autour de la reconversion. 

De nombreuses écuries sont aujourd’hui spécialisées dans la reforme de chevaux de course.

Comme l’écurie Seconde Chance, dont vous avez sans doute entendu parler et qui existe maintenant depuis presque 10 ans. Elle fut créée par Amélie et Sylvain Martin, animés par la passion du cheval depuis leur plus jeune âge. L’écurie Seconde chance est un concept éthique, et durable permettant de sauver ces chevaux en leur offrant une « seconde chance ». 

Anoush, ayant trouvé sa nouvelle acolyte via cette écurie nous éclaire sur l’achat et le quotidien avec un cheval reformé :  

Carmen, qui s’appelle en fait Croix de Malte est une Pur sang de 7 ans réformée des courses de Steeple chase. Son ancien propriétaire, Gabriel Leenders, a fait confiance à l’Écurie seconde chance pour offrir une seconde vie à cette jument. J’ai changé son nom pour un « nouveau départ ». Et moi, je faisais du cso en club puis en Amateur au Club Hippique des Étangs de Meudon avant de prendre une demi-pension chez Bastien Bauer, puis de décider d’acheter un cheval.

Pourquoi avoir choisi un cheval réformé et pourquoi l’écurie seconde chance ?

À l’origine je voulais tout l’inverse de Carmen : un hongre selle français, compact, orienté CSO. J’avais déjà collaboré avec L’Écurie seconde chance quand j’étais journaliste, puis j’ai rappelé Gwladys, qui y travaille, afin de trouver un cheval. Offrir une seconde vie à un cheval qui a travaillé très dur, très tôt, est en soi une bonne action mais surtout un grand challenge ! Je les ai choisis car je savais que l’écurie était sérieuse et traitait bien ses chevaux. J’avais repéré un hongre, mais il a été vendu avant que je ne vienne visiter les écuries… et que je rencontre finalement Carmen ! Beau concours de circonstances.

Faire le choix d’un réformé pour faire du CSO demande-t-il un travail particulier ?

Il faut les remettre à l’endroit les Pur sang ! Carmen enjambait les obstacles, à plat, en accélérant. Comme on leur demande sur les hippodromes. Il a fallu tout d’abord beaucoup travailler sur le plat : la décontracter, la cadencer, l’assouplir et la mobiliser afin qu’elle sente que son corps peut faire autre chose que galoper tout droit. La suite a été plus facile car elle n’a pas peur de l’obstacle et elle est très franche !

Comment s’est passé l’arrivée de Carmen et pourquoi as-tu choisi cette jument ?

Très bien. Elle a été super bien accueillie aux Écuries de Bièvres, tout le monde l’adore ! Elle est calme et gentille (sauf quand il y  a des vélos sur son chemin…) et a un tempérament étonnamment serein pour une Pur sang. Jument + pur sang = souvent sale caractère, sauf elle ! Je l’ai choisie car dès que la cavalière des Écuries seconde chance l’a approchée de ma mère et moi, elle a fait un câlin à ma mère, qui a un peu peur des chevaux. Même si je ne l’avais pas encore montée, je savais que j’allais la choisir. Elle est très affectueuse et on a l’impression parfois qu’elle est reconnaissante. 

Quels sont pour toi les avantages à se diriger vers ce type de chevaux ?

Un des avantages non-négligeable, c’est que ce sont de super chevaux avec un prix plus bas que pour les chevaux de selle, j’ai acheté Carmen 2800€ TTC, elle n’avait aucun problème vétérinaire ! Dieu sait que Dr Launois est sévère pendant les visites d’achat… Ensuite, c’est un challenge. Ça demande beaucoup de sérénité, de discernement, et aussi d’échange avec le coach. Le coach des Écuries de Bièvres, Benjamin Harlé, a su adapter ses cours à ma jument. On a tout repris depuis le début, ensemble, (presque) toujours dans le calme ! Et il sait se montrer très patient quant à mes doutes, (qui sont nombreux, désolée Ben ❤)Carmen a confiance en mes demi-pensionnaires, et en moi, ça se sent à pieds comme à cheval. Elle nous emmènerait au bout du monde, enfin, au moins jusqu’en concours.

Qu’envisages-tu pour la suite avec ta jument ?

On va recommencer tranquillou les séances d’obstacles, et on recommence la compétition le 9 mars à Montéclin (91) sur une prépa 90cm. Peu importe le résultat, je suis très fière de pouvoir monter Carmen et de montrer qu’il n’y a pas que les chevaux de selle qui peuvent faire du CSO. Il y a 10 mois, elle galopait encore sur les hippodromes. Dans 1 semaine, on va sauter un parcours de CSO. Et ça, ça n’a pas de prix !

 

Merci Anoush pour ton témoignage, merci aux écuries de la 2nde chance ainsi qu’à l’association « au delà des pistes » pour leur travail.
Et vous ? Avez-vous un cheval réformé des courses ?