Catégorie

Interviews

Interviews

ITW : Anna Szarzewski

14/04/2020

© Maeva Defonte – Info Jumping

 Anna Szarzewski, une véritable graine de championne !

A l’occasion des Championnats de France Poneys à Lamotte Beuvron, l’équipe Preppy Sport a pu rencontrer la jeune Anna Szarzewski !

Nous avons alors découvert une jeune fille mature, motivée, adorable et passionnée d’équitation depuis toute petite.

  • Est-ce que tu peux te présenter et présenter tes poneys ?

Bonjour, je m’appelle Anna, j’ai 13 ans. Je fais du poney depuis mes 5 ans. J’ai deux poneys : Vaughann de Vuzit qui a 11 ans, fils de Dexter Leam Pondi. Et Air Force One qui a 10 ans, fils de Rock’N Roll Semilly. Je tourne en Grand Prix avec Vaughan et en As 1 Excellence avec Air Force.

 

Je tourne en Grand Prix avec Vaughann et en As 1 Excellence avec Air Force.

 

© Apoline Langumier

  • D’où te vient la passion pour les chevaux, l’équitation ?

Avant moi il y a ma maman qui a fait du cheval et quand j’étais petite mes parents m’ont offert un shetland et ça m’a donné envie de monter et quand j’ai commencé j’ai tout de suite adoré ça !

 

  • Ta famille est-elle issue du monde de l’équitation ?

Ma mère oui mais mon frère et mon père sont plus dans le rugby tous les deux mais ils viennent parfois sur les concours quand ils peuvent.

 

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

Cette année je suis dans une école sport-étudeà Passy St-Honoré d’Eylau. Je finis à midi tous les jours comme ça j’aurai mon temps l’après-midi pour monter mes poneys.

 

  • Tu participais ici aux Championnats de France 2019 au Grand Prix avec Vaughann et à l’As 1 Excellence avec Air Force, comment t’y es-tu préparée et comment as-tu préparé tes poneys ?

Tout au long de l’année j’ai fait mes épreuves c’est-à-dire Grand Prix et As 1. Ça a été plus compliqué avec Air Force parce qu’il a un bon caractère et quand il ne veut pas il ne fait pas et quand il veut, il veut. Et quand moi aussi j’ai décidé de le faire, on le fait. Pour Vaughann pareil. En Grand Prix je n’ai pas eu beaucoup de résultats à part au Mans. J’ai eu de nombreux classements mais je me suis préparée surtout à la maison en travaillant sur le plat car pour moi c’est vraiment la base. Si on n’a pas la solution de son poney, on ne pourra pas réussir. C’est comme ça que je me suis préparée tout au long de l’année et j’ai été très très bien entourée par toutes les amies de ma mère qui sont venues, qui m’ont aidée, qui m’ont encouragée, qui m’ont groomée et ça m’a vraiment aidée !

 

  • On a eu un épisode de canicule la semaine dernière et il fait même encore très chaud là à Lamotte, comment tu l’as vécu et comment as-tu pu travailler en fonction de ça avec tes poneys ?

Je monte le matin très tôt pour qu’il fasse un peu plus frais et qu’il y ait un peu plus de vent. Et aussi, avant mes tours je prends un seau d’eau tout le temps avec moi et ils ont un couteau de chaleur que je mouille et je leur passe et tout va bien.

 

  • Est-ce que tu avais un objectif précis pour ce championnat ?

Non je n’ai pas d’objectif, pour moi c’était de me faire plaisir après si j’avais une médaille ou quelque chose comme ça c’était du plus et vraiment, je suis très fière de mon championnat et de mes poneys surtout.

 

  • Est-ce que tu es un peu accro au shopping, est-ce que tu aimes bien acheter pleins de trucs pour tes poneys (…) ?

Oui mais le truc c’est que mes parents ne veulent pas parce que comme j’ai beaucoup de sponsors ils disent « non c’est bon tu en as déjà assez pourquoi on achèterait en plus ça ne sert à rien » et moi je suis en mode « allez s’il te plaiiiiiit ».

© Perle Robillard – @p.robi_photos

  • Tu parlais un peu de tes sponsors, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus ?

J’ai eu mon premier sponsor quand je faisais de l’As Poney 2 c’est Devoucoux qui me soutiennent vraiment beaucoup ! Ensuite j’ai eu Harcour, sponsor d’habits mais vraiment c’est mon préféré, c’est celui que je préférais avant même que je sois sponsorisée, ils sont super généreux ! J’ai eu GEM aussi, super généreux aussi, super sympas, super cools. J’ai Barema Bottier, super généreux aussi et les bottes sont d’une qualité extraordinaire. Ensuite j’ai Michel Vaillant, sponsor pour les produits de soins des poneys (…), c’est super. J’ai aussi Hit AirCavalor, Horse Feed,KepFlex Onpour mes étriers, Pro Confort pour les couvertures, les guêtres de transport vraiment super !

© Alice Martel

  • Est-ce que tu connaissais déjà un peu PreppySport ?

Non, au début quand vous avez commencé votre compte je ne connaissais pas trop. J’ai connu un peu après dans mon fil d’actualité et j’ai trouvé ça sympa, le concept, comment vous fonctionnez …

  • Est-ce que tu aurais un dernier petit mot à dire sur ton poney, ta saison ton championnat, ce que tu veux ?

Je remercie vraiment mes sponsors, tous ceux qui m’ont aidée à arriver jusque-là, mes parents, tous les amis de mes parents qui sont venus exprès pour moi, mes amis, vraiment tout le monde et surtout mes poneys parce que sans eux je n’irai pas sauter toute seule. Pour moi c’était un super championnat !

  • Comment se passe le confinement, es-tu avec tes poneys ?

Cela se passe très bien pour moi avec le soleil même si je ne suis pas avec mes poneys, qui eux sont en balnéothérapie aux Bréviaires, ils sont entre de très bonnes mains, j’ai entièrement confiance aux personnels des Bréviaires. 

 


Un grand merci à Anna de nous avoir accordé ce moment pour cette très sympathique interview ! 

Nous lui souhaitons d’aller au bout de ses objectifs dans le monde équestre et de continuer à gravir les échelons tout en continuant de se faire plaisir !

 

Interviews

ITW : Jonas de Véricourt

14/04/2020

Jonas de Véricourt, jeune complétiste de talent

 

Retour sur notre rencontre avec Jonas de Véricourt, lors des championnats de France Poney à Lamotte Beuvron en 2019.

Nous avons alors découvert un jeune garçon simple, drôle et motivé  !


  • Est-ce que tu peux te présenter et présenter tes poneys ?

Je m’appelle Jonas de Véricourt, j’ai 17 ans, je montais Vidock de Berder en As Poney Elite CCE et Asahi de Tassine en As Poney Elite CCE. Maintenant je suis passé à cheval et je monte Reliquaire sur le circuit junior CCE et Éclipse d’Ems, une jument de 6 ans en amateur CCE pour le moment.

 

©Marion Poisson – Equestrian News


 
  • D’où vient ta passion pour les chevaux, l’équitation ?

Ma famille a toujours eu des chevaux. Ils ne travaillaient pas forcément dans le cheval mais ça a toujours été un loisir pour eux donc j’ai baigné dedans depuis tout petit.

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

On se débrouille. En général je rentre des cours et je monte. Je fais mes devoirs après. C’est sûr que ça fait des journées plus chargées mais c’est un choix.

  • Est-ce que tu as déjà pensé à faire le CNED ?

Non je pense que c’est indispensable de pouvoir être quand même au lycée normal. C’est vrai qu’avec l’équitation ça nous détache un peu d’une vie sociale alors en plus, faire le CNED c’est encore pire.

  • Tu participais ici aux Championnats de France 2019 au Grand Prix en CCE avec ton poney, comment t’y es-tu préparé et comment as-tu préparé ton poney à cette échéance ?

Après Tours début Juin il a eu une semaine de repos, de récupération. Après on a repris le travail sur le dressage principalement. On saute assez peu, une fois par semaine grand maximum mais on a vraiment travaillé le dressage.

  • On a eu un épisode de canicule la semaine dernière et il fait même encore très chaud là à Lamotte, comment tu t’es organisée et comment as-tu pu travailler en fonction de ça avec ton poney ?

Alors moi j’habite en Normandie donc ça va (rires) ! On monte assez tôt le matin pour les monter à la fraîche.

  • Est-ce que tu avais un objectif précis pour ce championnat ?

Oui, j’aurai bien aimé aller chercher une médaille quand même, réussir à retrouver un meilleur dressage. Il y a pu y avoir quelques irrégularités dans la saison même si c’est en progrès. Et puis avoir le double sans-faute. Là j’ai eu un petit 4pts sur le CSO mais dans l’ensemble ça reste quand même positif.

  • Cette année il y a eu des petits problèmes par rapport au cross du Grand Prix CCE. Vous l’avez fait plus tard pour des raisons de terrain si je ne me trompe pas. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus et au final comment ça s’est passé ?

C’est vrai que le Samedi on a fait la reconnaissance l’après-midi et on s’est dit qu’ils allaient retravailler le terrain … Et le soir on a vu que ça n’était pas retravaillé et qu’on prenait un risque de faire courir les poneys sur ce terrain. Donc le matin les coachs et tout ça se sont réunis pour essayer de trouver des arrangements et finalement on a décidé de déplacer le cross sous condition de changement d’une combinaison dans le gué. Le gué n’était pas très bien et le temps a été rallongé pour pas pousser trop les chevaux.

© Perle Robillard – @p.robi_photos

  • Est-ce que tu as des sponsors ?

J’ai un partenariat avec Antarès et avec la sellerie de la Cote à Deauville.

  • Est-ce que tu es un peu du genre addict au shopping ou tu n’es pas trop dépensier ?

Il peut siffler un paquet de carottes entier en une semaine mais on arrive à rester raisonnables quand même. Forcément on les gâte parce que vu ce qu’ils nous donnent, ils méritent. 

©Léa Fayol – Equestrian News

  • Est-ce qu’il y a une marque ou un article que tu rêverais d’avoir dans ta sellerie ?

Toute la gamme Antarès, c’est vrai que c’est quand même très bien. Après il y a pleins de trucs de soins que l’on aimerait avoir forcément pour nos chevaux mais qu’on ne peut pas forcément s’offrir comme par exemple tous les trucs de balnéothérapie (…) ça donne envie mais comme on sait que ça n’est pas forcément indispensable et que c’est très très cher on ne se l’offre pas forcément mais c’est vrai que ça fait rêver !

  • Ton meilleur souvenir de ta saison à poney ? Et de ta dernière saison ?

La Coupe des Nations de Marbach, courir en équipe c’est toujours un moment assez fort en plus à l’étranger c’était quand même un moment incroyable. Et, mon meilleur souvenir de la saison dernière est la médaille d’argent des championnats d’Europe de strzegom et la victoire dans la coupe des nations de Marbach, les épreuves internationales et en plus par équipe sont toujours des super moments !

  • Comment se passe le confinement, peux-tu travailler tes chevaux ? 

J’ai la chance d’habiter sur place donc je peux monter mes chevaux tous les jours ainsi que quelques chevaux des écuries comme Vidock mon ancien poney. On a évidemment envie de retourner en concours mais cette période de travail à la maison sera sûrement bénéfique !


Un grand merci à Jonas de nous avoir accordé de son temps pour cette sympathique interview ! 

Nous lui souhaitons de continuer à réussir et progresser dans la suite de son parcours équestre !

Interviews

ITW Impromove

30/01/2020

  • Est ce que vous pouvez vous présenter et présenter votre parcours ?

Je m’appelle Yaël ANDRE, j’ai 47 ans, je suis une amoureuse du cheval depuis ma plus tendre enfance.

J’ai été tour à tour, une cavalière, une enseignante, une groom, une responsable d’écurie. J’ai toujours apporté beaucoup de considération à la bonne utilisation du cheval dans sa discipline ainsi qu’à son cadre de vie.

Il y a 17 ans, j’ai eu entre les mains le premier système de correction de posture pour chevaux. J’ai depuis ce temps là travaillé, entraîné et ré éduqué les chevaux autour de ce système avec de grandes satisfactions.

Yael André
  • Comment vous est venue l’idée ? 

L’idée de créer cette entreprise pour ne pas faire mourir cette formidable invention, qui a été utilisée à l’époque par les plus grands champions.

Les champions ou autres cavaliers utilisaient  cela à leur manière, aussi car c’était la mode dans les milieux de hautes compétitions, mais personne ne leur avaient dévoilé l’importance du système sur du long terme.

Au vu de résultats sur plus de 300 chevaux, j’ai compris que ce système allait à tous les chevaux, mais peut être pas à tous les cavaliers par manque d’explications ou de connaissances du positionnement et de la locomotion du cheval.

J’ai voulu faire perdurer la distribution en développant et en améliorant les équipements et avant toutes choses, j’ai voulu sensibiliser et expliquer le travail de la posture du cheval.

La posture évite la blessure!!

Vega de la Roche avant d’utiliser Impromove
  • Au bout de combien de temps d’utilisation pouvons nous espérer un résultat dans la locomotion de notre cheval? 

Les transformations de la locomotions s’installe dès les premières utilisations, la stabilisation de la posture s’effectue entre 6 à 8 semaines.

Vega de la Roche après avoir utilisé Impromove
  • Pouvez-vous expliquer le concept ? 

Le concept est très simple. C’est le système placé à hauteur des châtaignes du cheval (bracelets lestés entre 150 et 200 grammes et les guêtres postérieures 50 grammes) qui  rétabli l’équilibre, entre la vitesse de descente et de remontée de chacun des membres.

Chaque membre reste le même temps au sol, donc le cheval travaille sur 4 appuis identiques, les angles articulaires antérieurs et postérieurs sont identiques.

Le cheval réparti sa masse sur des points d’équilibre identiques sur chaque segment et le travail des muscles profonds et superficiels se fait en totale synergie.

Les chevaux travaillent sans difficulté, chaque mouvement est fluide et la musculature est idéalement répartie.

Les chevaux obtiennent une base de physique solide et durable.

  • Un mot qui revient souvent sur votre site : la proprioception. Qu’est-ce que c’est ? 

La proprioception, est indispensable dans les mouvement quels qu’ils soient.

Elle désigne la perception, consciente ou non de la position des différentes parties du corps, elle se travaille afin de favoriser notamment le réflexe.

  • Comment expliquer vous le rôle capital de la châtaigne dans l’équilibre du cheval? 

La châtaigne est un réservoir de capteurs proprioceptifs, c’est par cette voie là que le cheval reçoit la force de traction des bracelets et des guêtres Contrôl .

  • Vous avez créé l’école Impromove, pouvez-vous nous en dire plus ?  

J’ai créer un service autour de cette méthode posturale, j’anime des stages sur la locomotion afin d’adapter au mieux le système en fonction des écuries de leur infrastructures.

Prochainement un centre de locomotion va ouvrir ses portes en Normandie, nous accueillerons les chevaux et leurs cavaliers autour d’une équipe très expérimentée en orthopédie, locomotion et en soins.

Ce lieu est le projet d’une vie pour répondre à forte demande de la filière et faire bénéficier d’une service ultra complet et efficace, comme il existe dans certains centre en humaine.

  • Avez-vous des utilisateurs dans différentes disciplines ? (courses par exemple?) 

Les équipements Impromove sont utilisés dans toutes les disciplines ainsi que dans les courses.(trot).

Nous avons des ambassadeurs comme Marie Demonte cavalière en équipe de France de CSO utilisatrice depuis plus de 7 ans.Olivier Robert membre de l’équipe de France de CSO lui aussi. Mathieu Lemoine champion Olympique en CCE, utilisateur l’année précédente RIO, il est un fidèle ambassadeur.

Marie Demonte équipe de France de CSO
Impromove utilisé dans les courses
Olivier Robert membre de l’équipe de France de CSO
  • Vous avez été sélectionnée pour le trophée de l’innovation du Salon du cheval, pouvez vous nous raconter cette expérience? 

L’expérience des trophées était très chouette, malgré la grève! Les organisateurs de cet événements sont très au point, l’accueil était remarquable. Le produit Impromove Control a vu le jour l’an passé pour sa commercialisation. Il existe depuis l’invention du système de posture. Après de gros souci de développement, la Control a pu naître grâce à la compétence des ateliers Façon cuir.

Nous n’avons pas gagné, mais on reviendra!!

  • Vous proposez d’autres produits à la vente que ces guêtres de posture ?

J’ai dédié totalement la marque ImproMove aux outils de l’amélioration de la locomotion. Même si les équipements de posture sont et resteront la clé de voûte de l’entreprise, il a semblé nécessaire et indispensable de faire du conseil, d’offrir du service de la connaissance sur l’amélioration de la locomotion dans son ensemble.

Durant mes stages, je passe en revue bien entendu l’ajustage des harnachements et plus particulièrement sur la selle.Je me suis posée des questions sur mes propres selles. La selle d’où qu’elle provienne, doit être contrôlée et souvent réajustée on doit pouvoir bénéficier d’un service de qualité en sellerie, ayant trouvé un atelier de confection hors norme, en France, j’ai pensé qu’Impromove pouvait prétendre allier, la qualité et le service du juste mesure sellier Français, notre première selle modèle Jacaré est commercialisée depuis décembre 2019!!!

L’équipe Preppy Sport remercie Yaël André d’avoir répondu à nos questions et de nous avoir fait découvrir Impromove ! 

By Clémence Aymonier

Interviews

ITW Nicolas Laplanche

07/01/2020
by @capture the instant
  • Est ce que tu peux te présenter ? 

Je m’appelle Nicolas Laplanche, j’ai 21 ans. Je suis en troisième année de licence économie gestion à Rennes et je fais des épreuves amateur élite 1m30.

  • Comment as – tu commencé l’équitation ?

Mes parents ne montent pas du tout à cheval. J’ai commencé à monter à l’âge de trois ans, avec un stage dans un centre équestre. Et depuis j’ai jamais arrêté ! 

  • Comment arrives – tu à allier concours de ton niveau, études et tes 2 juments ? Des conseils ? 

Pendant la période de concours, je monte à peu près 5 fois par semaine (le lundi c’est repos comme il y a le concours le         week-end). 

J’ai fait ce choix d’étude (la fac), pour avoir plus de temps libre et pour ne pas avoir à arrêter de monter.

Alors mon conseil, il ne faut pas arrêter. Je trouve ça dommage. Après, en fonction des études c’est pas toujours possible. 

Le principal c’est de se faire plaisir et de ne pas avoir de regrets !

Peux – tu nous présenter tes juments ? 

Un Quorouick, c’est une vraie jument. Elle avraiment son caractère surtout au boxe ! Au delà de ça, elle est vraiment énergique, rapide et surtout réactive.

Après, en piste elle se donne vraiment à 100% pour moi et elle est vraiment battante c’est ce qui fait qu’elle est extra ! 

La deuxième c’est Bella, elle est plus câlin et plus tranquille avec beaucoup de force!

Mais c’est vrai qu’au niveau des caractères j’ai vraiment les deux opposées la dessus !

by @capture the instant
  • C’est quoi pour toi une séance type sur le plat ? 

Je commence toujours par les emmener dehors. On a un parc superbe à coté du château de Péhou.

Alors je fais un bon quart d’heure au pas,  trotter éventuellement un peu. Après quand je les travaille je les bouge pas mal ( épaules, hanches ..) 

En général, mes séances sont le plus relâché possible et qui ne se ressemblent pas pour ne pas tomber dans la routine !  

J’ai aussi la chance d’avoir mon coach Nicolas Garrigues qui est toujours là pour m’aider avancer et travailler dans le bon sens. 

  • Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le saut d’obstacle ?

C’est la compétition. Je ne suis pas trop dressage, j’ai fais quelques entraînements de complet il y a quelques années. 

C’est vrai que c’est important mais le dressage « pur » c’est pas trop mon truc. 

Au delà de ça c’est aussi le coté de se surpasser, de faire sans faute et surtout d’être meilleur que les copains !

by @capture the instant
  • Tu as participé 3 fois au Jumping International de Dinard, est ce que tu peux nous raconter ces trois expériences?

J’ai fait les trois fois avec Un Quorouick. 

La première année ça ne s’est pas très bien passé. Je me suis mis beaucoup de pression et je suis tombé le premier jour. Le lendemain, j’ai réussis un peu à retrouver les boutons et je me suis classé. 

La deuxième année, je l’ai abordée plus sereinement, je savais déjà comment ça se passait. Le premier jour je fais 4 points mais la jument a très bien sauté. Après, elle était engorgée et je n’ai pas pu sauter le Grand Prix. J’étais assez déçu et cette année on a vraiment pris des précautions pour pas que ça recommence et pour la préparer au mieux, qu‘elle soit en forme.

Cet été, le premier jour, elle a vraiment bien sauté, elle est cinquième. Le deuxième pareil, elle est quatrième de la vitesse et le Grand Prix, elle s’est vraiment donnée à 100%. Au barrage j’ai vraiment donné tout ce que pouvais et on est troisième. 

Mais les grandes galopades c’est pas trop son fort, elle est mieux pour les parcours qui tournent. 

Il n’y a plus qu’à faire pareil l’année prochaine !

  • Est-ce que tu as un objectif précis que tu souhaiterais atteindre ? 

Pourquoi pas essayer de faire les championnats de France. Après, pour tout ce qui est haut niveau, c’est écarté parce que je ne suis pas dans cette optique là.

Après pourquoi pas faire une tournée, des étapes du Grand National.

  • Un cavalier qui t’inspire?

C’ est un peu classique parce que c’est le numéro un Français mais j’aime bien Kevin. Rien que dans sa façon de travailler ses chevaux sur le plat, j’ai eu un peu l’occasion de le voir, je suis allé à Paris cette année et à Dinard. 

C’est incroyable la rigueur qu’il a, comme Pénélope !

Sinon j’aime bien Christian Ahlmann, les demi tours qu’il arrive à faire à ses chevaux, toujours sur les hanches c’est vraiment incroyable.

by @capture the instant
  • Comment ce sont mis en place tes partenariats ? 

Antarès c’est vraiment depuis cette année, on a fait un partenariat et je change de selle tous les ans. Ça me permet d’avoir du bon matériel et quand j’ai un soucis ils sont toujours là pour voir ce qui va, ce qui va pas. 

Après j’ai Capture the instant, j’ai rencontré Émilie Fleury grâce à Solène Masson on a discuté et on s’est tout de suite bien entendu. Elle m’a proposé de faire parti de la team et j’ai accepté avec plaisir !

On est une bonne équipe et on se retrouve sur les terrains de concours, c’est sympa.

  • Maintenant parlons un peu de ton matériel, quels sont tes 5 indispensables ?

Mes 5 indispensables sont:  ma selle Antarès, après tout ce qui est filet c’est toujours Antarès comme ma bombe (j’aimerai bien la Samshield bientôt, à voir). 

Au niveau des protections j’utilise Zandona et Veredus et j’en suis très content. 

by capture the instant
  • Quel est le produit que tu adorerais essayer ? 

Les nouveaux étriers Freejump !

  • Connaissais – tu Preppy Sport? 

Oui ! Je connais parce que c’est assez présent sur Dinard et je vais régulièrement voir ce qu’il y a sur le site. Je n’ai pas encore mis d’affaires à vendre mais je pense que ça ne va pas tarder !

Un grand merci à Nicolas de nous avoir accordé de son temps pour cette très sympathique interview ! 

Nous souhaitons à Nicolas d’aller au bout de ses objectifs, de continuer à allier équitation et études et surtout bonne chance pour la saison 2020 ! 🏆

Un grand Merci aussi à @capture the instant pour ces superbes photos !

By Clémence Aymonier

Interviews

ITW : Anouk Laroche

16/08/2019

Anouk Laroche, cavalière instagrammeuse

by @brgequit

A l’occasion des Championnats de France Poneys à Lamotte Beuvron, l’équipe Preppy Sport a pu rencontrer Anouk Laroche, cavalière d’As Poney 2 CCE !

Nous avons alors découvert une jeune fille douce et talentueuse !


 

  • Est-ce que tu peux te présenter et présenter ton poney ?

Je m’appelle Anouk Laroche, j’ai 16 ans, je passe en 1ere cette année. Je suis propriétaire d’un poney français de selle de 10 ans maintenant, Vassal du Val, un poney gris. Je lui ai fait découvrir le complet on est 6ede France cette année en CCE As Poney 2D.

by @equiphot

  • D’où te vient la passion pour les chevaux, l’équitation ?

C’est ma cousine qui montait à cheval avant moi et elle avait une jument et m’a toujours faite monter. Je pense que quand on est petits on veut toujours faire pareil que les grands donc j’ai commencé à monter comme ça et je ne me suis jamais arrêtée.

 

  • Ta famille est-elle issue du monde de l’équitation ?

Non pas du tout, mes parents ne sont pas du tout dans le monde du cheval, ils ont appris autant que moi. Et sinon c’est juste du côté de ma cousine et son papa qui sont un peu dans le cheval parce qu’ils montaient à cheval.

 

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

Au collège ça allait très bien, au lycée c’était un peu plus compliqué rien que pour les absences parce qu’avec les Tournées de As on est absents pas mal de temps sur les week-ends. On essaie de rattraper comme on peut. J’ai eu la chance d’avoir une super classe donc j’avais toujours de quoi rattraper et des profs qui comprenaient que je parte en concours donc ça va.

 

  • Est-ce que tu as déjà pensé à faire le CNED ?

Non parce que ça demandait encore plus de sous et je pense que c’est quand même important de dissocier le cheval et l’école. Le CNED t’es un peu tout seul et là au lycée j’ai mes potes du lycées, j’ai aussi mes potes du cheval et voilà !

 

  • Tu participais ici aux Championnats de France 2019 à l’As Poney 2D CCE avec Vassal, comment t’y es-tu préparée et comment as-tu préparé ton poney à cette échéance ?

Cette saison ça a été un peu compliquée parce que sur le cross on avait toujours un petit stop et on ne comprenait pas forcément pourquoi. Mais on n’a pas lâché, on a fait beaucoup de sorties cross et après la semaine avant les championnats on a fait un dernier entraînement où c’était quitte ou double, on voyait ce que ça donnait et même la veille on a testé des trucs.

Après sur le dressage c’est un travail de fond, ça fait deux ans qu’on bosse pour ce championnat.

La semaine d’avant c’était trotting et détente et on y est allés un peu « au talent ».

 

  • Est-ce que tu peux nous raconter un peu tes trois tests ?

Le dressage c’était un peu compliqué : 12h30, carrière en plein soleil, la concentration à la fin c’était un peu compliqué à gérer mais il a été super sage donc on était très fiers de lui. Malgré la chaleur il est resté calme et disponible !

Le cross c’était un peu plus tard donc niveau chaleur ça allait mais on avait quand même un parcours qui était très compliqué mais il a été exceptionnel et je pense que c’est l’un des meilleurs cross que j’ai couru cette année. On était très émus à la fin du cross de sortir sans-faute aux obstacles comme ça !

Le CSO c’était un parcours aussi très très compliqué qui a fait beaucoup de casse et on sort avec un petit 4pts de ma faute mais il a été super aussi. Franchement il a été génial tout au long du championnat donc on était contents !

by @cp.photographie

  • On a eu un épisode de canicule la semaine dernière et il fait même encore très chaud là à Lamotte, comment tu t’es organisée et comment as-tu pu travailler en fonction de ça avec ton poney ?

Je venais monter à 7h du matin et après je revenais vers 12H pour lui mettre une serviette d’eau, le doucher… Puis je revenais vers 20h pour remonter ou le marcher ou faire les soins …

 

  • Est-ce que tu as toujours fait du complet ou avant tu étais dans une autre discipline ?

J’ai commencé en équifun et en pony-games. Ensuite je suis passée en CSO et j’ai commencé le complet il y a 5/6 ans maintenant. C’est quelque chose qui m’a toujours attirée et je pense que je ne pourrais pas retourner sur du CSO pur après avoir fait du complet c’est quelque chose sur lequel je vais rester je pense.

by @cp.photographie

  • Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le complet ?

Niveau travail de fond je pense que c’est le dressage parce qu’on est toujours contents des progrès qu’on fait quand on arrive à réfléchir et à prendre du recul sur ce que l’on faisait avant. Et puis le dressage parce que c’est vraiment hyper intéressant, ça nous permet de comprendre pleins de choses, dérouler une reprise …

Et après le cross parce que, le cross c’est le cross !

 

  • Est-ce que tu avais un objectif précis pour ce championnat ?

J’avais UN objectif c’était surtout de me faire plaisir pour mon dernier championnat poneys et finir ce cross sans-faute parce qu’on a un peu galéré !

 

  • Est-ce que tu es un peu du genre addict au shopping ou tu n’es pas trop dépensier ?

Je ne suis pas addict au shopping mais mes sponsors nous gâtent énormément, ils aiment beaucoup gâter Vassal donc il est tout le temps gâté ! Que ça soit moi niveau carottes et pommes ou des nouveaux tapis (…) parce que j’ai la chance d’avoir de supers sponsors.

 

  • En parlant de tes sponsors, est-ce que tu peux nous en parler un petit peu ?

Oui, je suis sponsorisée par un sellier : Stübben qui est une marque beaucoup développée dans le reste du monde mais pas trop en France donc je suis là pour donner un petit coup de pouce. Ensuite, La Grande Sellerie qui est une sellerie qui rassemble beaucoup de marques différentes surtout des grosses marques et je suis beaucoup gâtée et je suis très contente. J’ai aussi Wow Store qui est une marque de textiles cavaliers et chevaux et qui fait aussi des licols, des bridons (…) c’est une super marque niveau technicité et tout ça ! Et sinon j’ai toujours des petits partenariats avec Tacante, In Horse We Trust.

 

  • Est-ce qu’il y a des choses sur lesquelles tu penses craquer ou tu as déjà craqué sur certains stands ?

A part des nouveaux tapis, un bonnet, non j’ai pas de truc spécial, je pense qu’il est assez gâté comme ça.

 

  • Est-ce qu’il y a une marque ou un article que tu rêverais d’avoir dans ta sellerie ?

Un frac Lamantia Couture !

©L’ilo Photos

  • Ton meilleur souvenir avec Vassal ?

Le cross des championnats de France ou la plage qu’on a faite pendant les vacances !

 

  • Connaissais-tu déjà PreppySport ?

Oui, je n’ai pas acheté ni vendu je crois mais je guette souvent !

 


Un grand merci à Anouk de nous avoir accordé de son temps pour cette très sympathique interview ! 

Nous lui souhaitons beaucoup de réussite dans la suite de son parcours équestre et scolaire ! 🏆