Interviews

ITW : Léane Taccard

02/08/2019

Léane Taccard, une motivation à toute épreuve !

A l’occasion des Championnats de France Poneys à Lamotte Beuvron, l’équipe Preppy Sport a pu rencontrer Léane Taccard avant ses épreuves de Grand Prix CCE !

Nous avons alors découvert une jeune fille motivée et ayant ce petit quelque chose pour les chevaux depuis petite.


 

  • Est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Léane Taccard, j’ai 17 ans, je sors en CCE As Elite avec Adagio Ponthouar. C’est un poney Connemara de 9 ans.

 

  • D’où te vient la passion pour les chevaux, l’équitation ?

Je monte à cheval depuis que j’ai 4 ans. Ce sont mes parents qui m’ont mise à cheval, avant j’habitais à Rodez et je montais donc au Centre Équestre de Lillhippus et c’est ma coach quand j’avais 8 ans qui a dit à mes parents qu’il fallait que je commence à sortir en concours parce que « j’avais un truc ». J’ai donc commencé à sortir en concours à ce moment-là et j’ai fait mes premiers championnats de France CSO en 2012. Ensuite, j’ai déménagé et j’ai continué à monter dans le Gard et j’ai commencé le CCE au Centre Equestre des Chimères, j’ai continué les concours et j’ai réussi à évoluer jusqu’à maintenant.

©Poney As

  • Ta famille est-elle issue du monde de l’équitation ?

Non, c’est simplement que ma mère a toujours aimé les chevaux et ils m’ont donc mise à cheval dès petite. Après, j’ai toujours fait d’autres sports à côté mais j’ai gardé l’équitation. J’ai fait des sports en plus mais le cheval était toujours en premier.

 

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

Ça va, j’y arrive. Cette année j’étais en 1ere S mais j’avais un emploi du temps qui m’aidait beaucoup car je n’avais pas cours le jeudi après-midi, le vendredi je finissais à 15h30 et je n’avais pas cours le mercredi après-midi non plus. Je monte à cheval en parallèle aussi : je sors en amateur avec ma jument, mais franchement cette année ça a été car j’avais un emploi du temps qui marchait bien et je réussis pas mal à l’école aussi donc ça va !

 

  • Comptes-tu un jour faire le CNED ?

Non, j’irai au lycée « normal ».

 

  • Tu participes ici aux Championnats de France 2019 au Grand Prix CCE, comment t’y es-tu préparée et comment as-tu préparé ton poney ?

J’ai fait une séance de CSO par semaine, une séance de fond par semaine, et après le reste du temps je faisais du stretching, du dressage un peu plus poussé, des séances de longe aussi. Il était sorti entre 5 et 6 fois par semaine et ça depuis la semaine de Tours et voilà ça a été ça pendant environ 3 semaines.

 

  • Malgré la chaleur, la canicule (…) tu as quand même réussi à te préparer correctement et ton poney, comment vit-il la chaleur, est-ce que tu as des petites astuces ?

C’est vrai que la semaine dernière on a été stoppés à cause de la canicule justement, je n’ai pas eu le droit de monter le vendredi et le samedi il a donc eu deux jours de repos de plus mais il va super bien. La chaleur ça le calme un peu parce qu’il a tendance à être un peu chaud. Je le monte plutôt le soir vers 20h, mais il est mieux lorsqu’il est monté le soir plutôt que le matin parce que justement le matin il sort de la fraîche et donc il est plus chaud c’est pour ça que je le monte le soir.

©Marion Poisson/Equestrian News

  • Est-ce que tu as un objectif précis pour ce championnat ?

Alors j’aimerais être sur le podium (rire). Si déjà je pouvais être sur la carrière d’honneur ce serait très bien parce que j’ai fait une très très bonne saison avec lui et donc ce serait très bien mais au vu de la saison justement que j’ai faite je sais qu’il serait possible que je sois dans les trois premiers. J’espère juste faire un bon dressage, un cross sans faute dans le temps et un CSO sans faute parce que le CSO ce n’est pas trop ma discipline favorite et donc si j’arrive à faire ça après ce sera en fonction de la casse des autres. Ça ne se jouera plus que là-dessus mais si je réussis à remplir mon contrat à moi, même si je ne suis pas sur le podium mais que je suis sur la carrière d’honneur ce sera déjà vraiment super bien !

 

  • Est-ce que tu connaissais déjà PreppySport ?

Non, je n’en avais jamais entendu parler.

 

  • Est-ce que tu penses que tu vas craquer sur quelques petits trucs à Lamotte ?

Je suis déjà passée chez Forestier parce que j’ai acheté une selle il n’y a pas longtemps car j’avais besoin de changer la mienne donc j’ai acheté quelques petits trucs encore mais je n’ai pas de gros gros truc à acheter. Après forcément si je me balade dans les stands je vais acheter une paire de chaussettes ou des choses comme ça mais sinon je n’ai pas d’achat précis en tête !

 


 

Un grand merci à Léane de nous avoir accordé de son temps pour cette sympathique interview ! 

Nous lui souhaitons encore pleins de réussite dans la suite de son parcours équestre ! 🏆

 

Interviews, Non classé

ITW : Enora de Vienne

26/07/2019

Enora de Vienne, déjà tout d’une grande championne

A l’occasion des Championnats de France Poneys à Lamotte Beuvron, l’équipe Preppy Sport a pu rencontrer Enora de Vienne après sa magnifique victoire dans l’As Poney Elite Dressage !

Nous avons alors pu découvrir une jeune fille simple, mature et humble qui a déjà tout d’une grande championne !


 

  • Est-ce que tu peux te présenter et présenter tes poneys ?

Je m’appelle Enora de Vienne, je vais avoir 16 ans en Novembre et j’habite dans le Loiret dans les écuries de mes parents. Je fais du cheval depuis toute petite et je suis tombée dans le dressage quand j’avais 10 ans.

J’ai commencé avec un poney qui avait déjà eu 12 médailles aux Championnats d’Europe : Norvège Blamoer. J’ai eu de la chance de croiser sa route. Ensuite j’ai eu 3 chevaux avec lesquels j’ai fait trois championnats d’Europe différents en Children. On a eu une médaille à chaque fois. Une médaille de bronze à Vidauban en 2015, une médaille d’argent en Espagne en 2016 et en 2017 une médaille de bronze à Rozendaal. C’était super !

Muriel m’a mise sur Swyn en Septembre dernier et grâce à Rose Harang et à AK Collection j’ai pu continuer la saison. J’espère pouvoir continuer avec Swyn un petit peu.

 

  • D’où te vient la passion pour les chevaux, l’équitation ?

De mes parents parce que je vis dedans et que j’ai toujours aimé ça. J’ai vraiment commencé à monter à cheval à partir de 6 ans.

 

  • Ta famille est-elle issue du monde de l’équitation ?

Mes parents tiennent un poney-club et écurie de propriétaires. Mon père était cavalier pro de CSO mais il a eu un accident qui fait que maintenant il est handicapé et ne peut plus monter à cheval. C’est ce qui m’a dirigé vers le dressage puisque c’est la spécialité de ma mère, ça m’a facilité la tâche.

© Marion Poisson ( @marionphotographieequine )

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

Bien parce que pour moi les études ça reste quand même important dans le sens où j’ai envie d’avoir un bon métier qui me plaît et rester quand même dans le monde de l’équitation au niveau de ma passion alors j’allie les deux parce que j’en ai envie et parce que j’ai envie de bosser même si parfois ça n’est pas facile au niveau de la fatigue, du temps, on fait avec on est tous comme ça je pense.

 

  • Est-ce que tu as déjà pensé à faire le CNED ?

Non pas du tout parce que j’avais envie d’une scolarité normale, je voulais suivre des cours, être quand même en société parce que plus tard dans le monde du travail je vais être confrontée au reste de la société, aux gens et c’est bien d’y être habituée, de ne pas être cloisonnée.

J’avais envie d’avoir une scolarité normale et de pouvoir monter à côté.

 

  • Tu participais ici aux Championnats de France 2019 au Grand Prix en Dressage, comment t’y es-tu préparée et comment as-tu préparé Swyn à cette échéance ?

Je le monte tous les jours et je diversifie les entraînements. Je fais beaucoup de stretching, d’entraînements simples et quelques fois par semaine j’enchaîne et je travaille plus les mouvements mais j’essaie vraiment de faire le travail de base parce que je le travaille tous les jours, de l’assouplir et j’essaie vraiment d’être cool au niveau des entraînements : juste ce qu’il a besoin, pas trop.

 

  • On a eu un épisode de canicule la semaine dernière et il fait même encore très chaud là à Lamotte, comment tu l’as vécu et comment as-tu pu travailler en fonction de ça avec tes poneys ?

D’habitude on ne change rien pour s’habituer à la chaleur mais là comme il a fait très chaud, très vite, on montait à 5h le matin. Au moins il faisait frais, entre 5 et 7h pas plus tard à cheval et du coup l’après-midi on douchait les chevaux, on s’en occupait mais on montait très tôt le matin.

© Marion Poisson ( @marionphotographieequine )

  • On sait que Swyn a perdu son œil gauche, est-ce que ça joue sur sa façon de se comporter, comment tu le ressens ?

Lui je dirai qu’il le vit plutôt bien, il s’y est habitué. A cheval je ne le sens pas du tout à part qu’il faut plus le tenir à gauche puisqu’il ne voit pas les barrières alors il faut faire attention mais honnêtement maintenant je ne m’en rends plus compte.

C’est plus à pieds comme on le tient à gauche il faut faire attention par exemple pendant les visites vétérinaires je pose ma main sur son encolure pour qu’il me sente et qu’il soit rassuré parce qu’en général il panique plus qu’autre chose quand il ne nous voit pas mais ça va il est très gentil comme entier alors je n’ai pas trop de soucis !

 

  • Est-ce que tu avais un objectif précis pour ce championnat ?

Je me disais qu’il fallait que je fasse du mieux possible. Je n’avais pas d’objectif précis dans ma tête après bien sûr le podium et la première place ça reste toujours l’objectif de tout le monde je pense mais je ne pensais pas du tout arriver à ces notes là et ce résultat-là !

 

© Perle Robillard (@p.robi_photos)

  • Tu es Championne de France ça y est, c’est fait, est-ce que tu t’y attendais, comment as-tu réagi, qu’est-ce que ça fait, raconte-nous un peu !

Alors, ça fait bizarre ! (rires) franchement ça fait bizarre parce que je ne m’y attendais pas du tout je venais juste là pour m’amuser et montrer un peu ce que je pouvais faire et faire du mieux possible. Mais je ne pensais pas du tout être championne de France surtout qu’il y a de très bons poneys et de très bons cavaliers dans mon épreuve dont Alexandre Cheret qui a déjà fait les Championnats d’Europe en poneys et vu comment il a tourné cette année je ne pensais pas du tout pouvoir passer devant et il y avait beaucoup de très bons cavaliers.

J’ai été entraînée et coachée par ma mère et par Muriel Leonardi, l’entraîneuse nationale.

 

 

  • Tu parlais de tes sponsors, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus ?

Je suis sponsorisée par  AK Collection qui est le co-propriétaire de Swyn.

Après j’ai plusieurs sponsors : Havens, EquiPerformance c’est les produits que j’utilise pour Swyn en concours pour le détendre. Equisage, Vans Fautras, Childéric et ensuite tous les partenaires d’équipements, je ne vais pas tous les citer sinon je vais en oublier.

 

  • Est-ce que tu as une anecdote à nous raconter sur tes Lamotte ?

Mes derniers Championnats de France je n’ai pas fini ma reprise parce que mon poney est parti à fond et a sauté la lice ! (rire) Donc c’était un peu dommage c’était il y a longtemps mais c’était drôle, bon pas sur le moment mais maintenant on en rigole !

 

  • Quel est ton meilleur souvenir avec Swyn ?

Les Championnats de France je pense. Je ne m’y attendais tellement pas et ma RLM parce que j’adore les reprises libres en musique et je ne l’ai jamais aussi bien déroulée et je ne pensais jamais avoir une note comme ça donc je suis vraiment contente !

 

  • Est-ce que tu connaissais déjà un peu PreppySport ?

Je suis désolée mais non pas du tout ! Mais ça m’a fait découvrir c’est bien, j’ai découvert le concept !

 


 

Un grand merci à Enora de nous avoir accordé de son temps pour cette très sympathique interview ! 

Nous lui souhaitons encore un long chemin dans le monde de l’équitation et de nouveaux très beaux titres ! 🏆

 


 

Interviews, Non classé

ITW : Camille Fontaine

20/07/2019

Camille Fontaine, la fin d’une belle histoire, le début d’une autre …

A l’occasion des Championnats de France Poneys où l’équipe Preppy Sport était présente, nous avons pu rencontrer Camille Fontaine, jeune cavalière prometteuse et touchante qui participait cette année à ses derniers championnats poneys accompagnée de sa ponette Rosira de Florys.

Camille nous a accordé un moment, le temps d’une interview :

  • Est-ce que tu peux te présenter et présenter tes poneys ?

Je m’appelle Camille Fontaine et j’ai 18 ans.

Je monte Rosira de Florys qui est une ponette par Rosire et elle a 14 ans.

Ça fait à peu près 3 ans que je tourne en Grand Prix avec elle. Elle est toute petite, elle fait 1m42/1m43 par contre elle a un énorme cœur, même si elle n’a pas tous les moyens du monde elle fera toujours tout pour aller de l’autre côté.

Ensuite je monte Delina, une jument KWPN, c’est la jument de mon père. Elle a de gros moyens mais pour l’instant vu que j’avais le BAC et tout ça, elle n’était pas trop travaillée. Je vais sûrement tourner avec elle l’année prochaine.

Après je montais Tonic d’Aspe mais il vient d’être vendu. C’est un poney avec énormément de moyens et avec qui je me suis vraiment éclatée !

Je vais normalement récupérer une jument qui a fait 140/145 et on va voir ce que ça va donner.

 

  • D’où te vient la passion pour les chevaux, l’équitation ?

Mon père et ma mère montaient quand ils étaient jeunes et ils avaient arrêté au cours de leur vie et un jour on était en vacances, ils m’ont mise sur un shetland et j’ai adoré donc ma mère m’a inscrite dans un club malgré le fait que mon père ne soit pas super d’accord parce qu’il avait dit qu’après j’en ferait tout le temps tout le temps, et il avait raison ! J’ai adoré ça, j’ai monté dans un club et ensuite j’ai eu mes poneys, mes propres poneys et d’autres qui m’ont été confiés. J’ai adoré monter à cheval et les concours c’est ce que je préfère, j’adore !

 

  • Ta famille est-elle issue du monde de l’équitation ?

Oui, mon père montait également en compétition quand il était plus jeune et puisque j’ai monté à poney et à cheval il a racheté un cheval puis un autre et il s’est remis à la compétition. Beaucoup moins que moi, pour le loisir plutôt parce qu’avec son travail c’est compliqué.

Ma mère montait pour le loisir et elle fait de l’attelage par contre.

Et enfin, mon petit frère qui a 13 ans a récupéré mes poneys et il monte également en compétition. Là il a fait l’As Poney 2 et l’année dernière il est Champion de France en As Poney 2C.

© Perle Robillard ( @p.robi_photos )

 

  • Comment vis-tu le fait d’allier concours et études ?

Déjà le fait que j’ai mes écuries chez moi je pense que c’est un grand atout parce que je rentre des cours, je pose mon sac je me change et je vais directement monter mes chevaux, j’ai ma carrière chez moi, mes installations chez moi, je n’ai pas de route à faire c’est vraiment pratique et un atout.

Après c’est sûr que cette année j’étais en terminale donc c’était un peu compliqué. Je travaillais le plus possible lors de mes heures de permanence. En concours je prenais toujours mes devoirs et mes cours avec moi et je travaillais le soir après avoir monté à la maison.

 

  • As-tu déjà pensé à faire le CNED, les études à la maison ?

Non pas du tout. Je ne suis pas du tout pour ça, c’est bien pour les personnes qui sont à haut niveau je pense, haut niveau j’appelle ça équipe de France et tout ça mais pour moi non je pense que c’est jouable de suivre les cours normaux.

 

  • Tu participais ici aux Championnats de France 2019 au Petit Grand Prix avec Rosira, comment t’y es-tu préparée et comment as-tu préparé ta ponette ?

Franchement je suis venue sereinement parce que dans tous les cas j’ai 18 ans donc déjà je ne pouvais pas faire le gros Grand Prix. Je savais très bien qu’il n’y avait aucun enjeu derrière sachant que c’est ma dernière année, mon dernier concours, mon dernier championnat de France avec Rosira et donc je suis venue pour me faire plaisir, pour m’amuser, pour essayer de faire les plus beaux tours possibles pour rester sur quelque chose de bien.

Pour la maison ce qu’on fait c’est que Rosira est travaillée deux fois par jour. Elle est soit longée le matin soit mise au marcheur et l’après-midi ou le soir je monte ou inversement.

Elle fait beaucoup de plat, je travaille avec Franck LENER sur le dressage depuis maintenant plusieurs années. Elle dresse donc vraiment tout le temps, elle a besoin de travailler énormément et par contre on fait une à deux séances de saut par semaine donc gymnastique, petits enchaînements pour les gymnastiquer, les laisser sur la hauteur …

 

  • On a eu un épisode de canicule la semaine dernière et il fait même encore très chaud là à Lamotte, comment tu l’as vécu et comment as-tu pu travailler en fonction de ça avec tes poneys ?

C’est vrai que grâce à la canicule on s’est un peu préparés à Lamotte mais bon sinon encore une fois, le fait d’avoir mes écuries chez moi fait que je pouvais venir monter très tôt le matin à la fraîche ou bien le soir plutôt vers 22h quand il faisait moins chaud. Je n’ai pas monté lorsqu’il faisait vraiment très chaud !

 

  • Est-ce que tu avais un objectif précis pour ce championnat ou du coup avec Rosira c’était te faire plaisir et profiter de ce dernier championnat avec elle ?

Un objectif, oui bien sûr j’aurai vraiment aimé finir mon dernier concours et mon dernier championnat sur une première place ou un podium. Mais bon au vu de mon 4pts d’hier j’ai décidé de vraiment me faire plaisir et j’ai monté mon dernier tour aujourd’hui donc vraiment je me suis faite super plaisir malgré ces deux barres elle était trop trop bien et elle n’a jamais sauté aussi bien !

 

  • C’était sûrement ta dernière saison avec Rosira, la « séparation » aura peut-être lieu bientôt mais comment as-tu fait pour profiter au mieux de cette année ? Comment tu te sens maintenant ? C’est sûrement difficile, comment tu ressens tout ça et quels sont tes meilleurs souvenirs avec ta ponette ?

Les meilleurs souvenirs franchement en y ayant énormément réfléchi je ne saurai vous citer un concours exactement parce qu’elle m’a offert énormément de choses. C’est une jument avec qui j’ai démarré en poney 1, que j’étais censée valoriser pour la vendre. Elle m’a tout donné, ça fait presque 7 ans qu’elle est chez moi et maintenant elle m’appartient. Elle m’a tout appris, je pense qu’on s’est tout appris mutuellement et le fait qu’elle ait gagné le Grand Prix Excellence de Reims, la grosse du CSIP de Barbizon, qu’elle ait classé à tous les CSIP qu’elle a fait : les deux fois au BIP, les deux fois à Barbizon. Elle m’a offert des parcours extraordinaires comme aussi la victoire aux Sologn’Pony je ne sais plus en quelle année dans le Grand Prix. Enfin bref elle a toujours été plutôt régulière et je me suis toujours fait énormément plaisir avec elle.

Pour ma dernière année en fait l’année dernière Rosira s’était blessée donc c’était censé être ma dernière année. Finalement on a vu que je pouvais tout de même continuer cette saison alors que j’avais 18 ans donc j’ai vraiment travaillé au maximum. Je crois que je me suis vraiment donnée à fond pour cette année pour avoir le plus possible de résultats, le plus possible de performances et ma jument a tout donné.

Je pense que ça va aussi lui faire du bien une petite pause si elle a un prochain bon cavalier avec qui elle va redescendre en As Poney 2 / As Poney 1 et ça va lui faire du bien.

Donc voilà à la maison je m’éclate autant qu’en concours même si en concours c’est toujours plus palpitant mais voilà c’est un plaisir Rosira de la monter.

 

  • Tu as sûrement quelques sponsors, est-ce que tu peux nous en parler un peu ?

Déjà j’ai Box Protec, donc c’est des tentures de box personnalisables, des portes de box (…). Ensuite j’ai Dada Sport donc ils font des vêtements pour l’équitation mais également des vêtements de ville.

J’ai ensuite Royal Horse qui n’est pas vraiment un sponsor mais qui me fournissent tapis (…) et ce sont des nutritionnistes experts en alimentation pour les chevaux de sport, enfin personnellement je l’utilise surtout pour les chevaux de sport parce que je pense que ce sont les meilleurs dans les aliments.

Après j’ai Réal’isations qui est une particulière qui fait des frontaux pour les filets, et j’avais Skørpii pour les protège-éperons, les tapis (…).

© Poney As (poney-as.com)

  • Est-ce que tu as un dernier petit mot à dire à propos de ta ponette, de ton Lamotte, de ce que tu veux ? 

Je suis super contente d’avoir pu réussir à arriver au haut niveau. Je pense que c’est une expérience que je n’oublierai pas et une expérience que tout le monde ne peut pas réussir à vivre. Je suis donc vraiment super heureuse d’être tombée sur une ponette comme Rosira, d’avoir un encadrement aussi professionnel et puis mon ostéo, mes vétos, enfin toutes les personnes qui contribuent à ces résultats         je pense que c’est grâce à elles aussi. Voilà je suis vraiment super heureuse d’avoir pu finir jusqu’à mes 18 ans le Grand Prix. C’est un super monde, je pense que le monde du poney à ce niveau-là c’est génial enfin moi j’adore et je pense que ce sont mes meilleures années.

 

  • Est-ce que tu connaissais déjà un peu PreppySport ?

Oui je connaissais un peu de nom et sur les réseaux sociaux. C’est pour vendre les affaires d’occasion, je connaissais et c’est cool !

 


 

Nous remercions encore une fois Camille de nous avoir accordé ce moment. Nous espérons très vite la retrouver sur les terrains de concours accompagnée de ses nouvelles montures pour continuer à briller sur les belles épreuves.

 


 

Non classé

Lamotte-Beuvron : les indispensables à ne pas oublier !

28/06/2019

Tous les ans au mois de juillet Lamotte Beuvron est l’évènement que de nombreux cavaliers attendent avec impatience. Le parc fédéral accueille durant près de 18 jours les championnats de France poney du 6 au 14 juillet puis club du 20 au 27 juillet. Lamotte Beuvron avec près de 15 000 chevaux et 14 000 cavaliers est devenu un rendez-vous incontournable des sports équestres.

À une semaine du début des festivités la plupart d’entre vous sont en plein préparatifs. Que vous soyez organisé ou au contraire à préparer la veille pour le lendemain, PreppySport est là pour vous éviter les oublis et le stress qui s’en suit.

 

Pour le cavalier et le cheval 

Outre votre matériel « lambda », Lamotte Beuvron nécessite justement de penser à ce que vous n’avez pas l’habitude d’emmener avec vous en concours. Nous passerons donc la liste comportant votre selle, vos tapis, bottes, filet, bombe….

 

Une valise adaptée : 

À Lamotte Beuvron la météo peut être très capricieuse, il vous faudra adapter vos bagages et celui de votre monture et prévoir les deux cas de figures qui s’offriront à vous là bas : les très fortes chaleurs ou la pluie.                                                                                        Prévoyez-donc de quoi vous rafraichir vous et votre monture que ce soit avant, pendant ou après votre épreuve. Que ce soit avec des serviettes mouillées, un ventilateur ou une douche régulière votre monture n’en sera que plus heureuse et vous de même.

Dans le cas contraire, pensez à emmener des vêtements imperméables ainsi que vos bottes. Pour votre monture n’oubliez pas le couvre-rein imperméable ainsi que des serviettes afin de pouvoir sécher au mieux ses membres et ainsi éviter la gale de boue.

Des épingles à nourrices :

Lors de votre championnat vous serez dans l’obligation de porter constamment un numéro de dossard sur vous, et cela même les jours où vous ne concourez pas. Afin de ne pas le perdre, PreppySport te conseille de l’accrocher directement sur ton tapis, il te faudra donc des épingles à nourrices. Cela peut paraître anodin, mais croyez-nous vous serez content d’y avoir pensé une fois à Lamotte. ;). Pour les plus tête en l’air d’entre vous, le stand Equestrian Shop devrait vous dépanner.

 

Une trousse à pharmacie : 

La trousse à Pharmacie vous sera également indispensable sur le site. Vous n’êtes pas à l’abri d’un petit bobo de vous ou de votre cheval. Avoir de quoi faire les premiers soins (on ne vous le souhaite pas) vous sera donc nécessaire. Pour cela, prévoyez au moins du désinfectant, des compresses, du sérum physiologique, de la crème solaire (de préférence adaptée à votre cheval) ainsi qu’une pince à épiler.

Pour finir, emmenez votre plus belle tenue de concours, votre plus beau sourire et n’oubliez pas que l’important est de participer et de se faire plaisir 🙂 !

 

Pour les parents

Vos parents qui souvent vous accompagnent prennent eux aussi une part importante à la compétition. Pour les novices (ou les habitués), il faut savoir que le parc équestre s’étale sur près de 400 hectares, le vélo (et son antivol) sera alors votre meilleur ami durant cette semaine. En plus de revenir avec des cuisses en béton, vous pourrez vous déplacer beaucoup plus rapidement.

Que vous soyez passionné ou pas, armez-vous de beaucoup de patience. Les épreuves peuvent parfois se courir avec plus de 100 couples et être très longues, il faut donc trouver de quoi s’occuper. Profitez en pour venir nous faire un petit coucou et dénicher les dernière pépites sur notre stand.

 

En parlant de PreppySport, on vous explique tout sur notre présence à Lamotte 😉 !

 

Preppy Sport à Lamotte Beuvron 2019

 

Les services PreppySport à Lamotte

Tu as du matériel à vendre mais tu n’a pas le temps de t’en occuper ? Confie-nous ton matériel, PreppySport s’occupe de tout de A à Z grâce à notre service conciergerie !

 

Du 6 au 14 juillet et du 20 au 27 juillet nous serons présent sur le site avec Skørpii face à la carrière d’honneur !

Il te suffit alors de passer sur le stand pour nous déposer ton matériel à vendre. Attention, nous n’acceptons que le matériel de marque et en bon état, nous nous réservons ainsi le droit de refuser du matériel.

Qui dit Lamotte, dit souvent gros craquages ! Si comme nous, si tu souhaites te faire plaisir sans te ruiner, le stand PreppySport sera l’endroit où tu devras être. Tu pourras y retrouver les meilleures marques telles que CWD, Cavalleria Toscana, Pénélope … à petit prix.

Tu souhaites en savoir plus sur notre présence à Lamotte ? N’hésites pas à nous rejoindre sur Instagram pour suivre toutes les actualités 😉 !

Non classé

Les 20 terrains de concours qui nous font rêver

21/06/2019

Dans cet article, Preppy Sport vous dévoile ses 20 concours coups de coeur. Du nord au sud de la France, du continent Européen au continent Américain, les cavaliers sont souvent amenés à voyager et à découvrir de magnifiques pistes.

Entre les étapes du Global Champion Tour, les Longines ou les Derby, Preppy Sport vous fait découvrir des terrains à en couper le souffle et pour toutes les disciplines.

Lire la suite…