Interviews

Rencontre avec Jennifer Robin

08/02/2019

L’équipe de PreppySport à pu rencontrer Jennifer ROBIN travaillant depuis 2014 chez GPA. Également cavalière et propriétaire de deux juments ses journées sont très rythmée et 100% cheval. Elle a accepté de répondre à nos questions pour notre plus grand plaisir.

Peux-tu te présenter et nous parler de tes chevaux ?

Je m’appelle Jennifer ROBIN, j’ai 30 ans, j’habite à Hyères et je travaille chez GPA depuis bientôt 5 ans.

J’ai 2 chevaux  : Pirdy de Bonvaux, 16 ans, OC croisement connemara x selle français, on forme un couple depuis bientôt 10 ans ; et une jument, de propriétaires, achetée et confiée depuis juillet 2017 , Derena Ste Hermelle, 6 ans, selle français, par Uto Kervec (Diamant de Semilly x Darco). Elles sont en pension aux Ecuries des Ross.

© Jennifer ROBIN

© Jennifer ROBIN

Quelle est ta formation ?

J’ai obtenu un bac STL chimie. J’ai poursuivi par 4 années en fac de sports STAPS à Dijon. J’étais très attirée par la performance physique au sens pur du terme, la technicité de l’entrainement et de la préparation physique en général. Les cours étaient très interessants mais j’étais bien plus captivée par toutes les activités au sein de l’association étudiante (organisation de soirées et d’événements, développement des collections de vêtements, sacs STAPS, épauler les 1ère année, etc). J’ai ensuite passé mon BPJEPS « activités équestres » dans une vraie formation de 24 mois en contrat d’apprentissage. Sortie du BPJEPS, j’avais envie de coupler ce qui me plaisait (marketing, produits, organisation événementielle…) et le milieu équestre : j’ai alors pu faire un DUT Technique de Commercialisation, en année spéciale (formation DUT de 1 an au lieu de 2, accessible si vous avez validé au minimum bac+1) à Valence (26), accompagné d’un stage de 2 mois chez mon-cheval.fr .

Comment et quand es-tu arrivée chez GPA ?

Je suis arrivée chez GPA en juillet 2014, par une candidature spontanée ! C’est toutes ces expériences, ainsi qu’une bonne connaissance du milieu équestre (au sens très large du terme) qui m’ont permis de facilement prendre les rênes de ce poste.

Quel est ton poste actuel chez GPA et quelles sont tes missions ?

Je suis l’assistante personnelle de Michel FINQUEL (le créateur de la marque GPA. C’est à lui qu’appartiennent tous les brevets, les modèles, les marques, les licences…). Je m’occupe de ses emails et courriers, un peu de comptabilité, renouvellement des marques et modèles, etc. je planifie également les RDV, les déplacements, les transports et hôtels. 

Je suis également en charge des cavaliers et du sponsoring : je m’occupe des contrats de sponsoring et des partenariats avec les besoins : nouveaux casques, logos, cuir, carbone… Je connais les tailles et les petits réglages spécifiques de chacun de nos cavaliers. Quand je me déplace sur les événements, j’ai toujours de quoi mettre un petit coup de propre à leurs casques (check-up sécurité, nettoyage, changer les mousses intérieures, réglages des tailles, au besoin.) Je suis vraiment à leur service tout au long de l’année. Je participe aux salons, loges, CSI dès que cela est possible. 

Pour ce qui est de la nouvelle collection textile ; j’ai juste donné mes avis dans les choix des couleurs, de matière, ensuite je teste les prototypes à cheval, je fais mes retours et l’équipe de design fait des modifications si besoin.  
Je suis également crash test pour les casques qui sortent quand c’est nécessaire.

De façon plus légère, je fais aussi de la veille concurrentielle et suis toujours à la recherche de belles photos tous niveaux et disciplines confondus sur les réseaux sociaux.  

N.B : Tous les réseaux sociaux (FB, Instagram, Messenger) sont gérés par Noémie une de mes collègues.

Jennifer ROBIN et Thierry ROZIER sur le stand de GPA 

© Jennifer ROBIN

Souhaitais-tu devenir cavalière professionnelle ?

Pas vraiment ! Les parcours à 1m60 me dépassent, dans tous les sens du terme !

Quelle est la semaine type de Jennifer - GPA ?

Il n’y a pas de semaine type, ça bouge tout le temps ! Je commence à regarder mes emails et messages vers 8h et à répondre. J’arrive au bureau à partir de 9h pour répondre aux emails principalement, lancer en commande les nouveaux casques de mes cavaliers, veille concurrentielle, etc. Jusqu’à environ 18h. 

Une à deux fois par semaine, je me déplace à l’usine et l’atelier, à côté de Toulon, pour vérifier les casques commandés à leur sortie de production et faire les petits ajustements propres à chaque cavalier. Je prépare ensuite leurs colis, en leur glissant toujours des accessoires (casquettes, t-shirts, cache-oreilles…) et un petit mot à chacun.

Du vendredi au dimanche (environ une fois par mois) : je peux être sur un CSI 3 à 5* pour être avec nos sportifs, les accompagner, faire le point, checker les casques, rencontrer de nouveaux riders, de nouvelles personnes, partenariats, voir les chevaux…

Environ 2 fois par mois : je peux aussi être en concours avec mes juments.

Jennifer ROBIN et Pirdy

© Jennifer ROBIN

Jennifer ROBIN et Derena

© Jennifer ROBIN

Il peut m’arriver de passer une semaine entière dans un concours ou un salon (par exemple, Equitalyon) où je suis là avant tout pour les cavaliers, mais également pour rencontrer nos clients, vous conseiller, j’alterne entre le stand de textiles et accessoires GPA et le stand de casques. 

Côté équitation, je monte à cheval tous les jours. Parfois je m’y oblige je l’avoue ! Je vais aux écuries le soir, après le bureau, sauf l’été où il peut m’arriver de me mettre à cheval vers 7h, avant d’aller travailler. Pirdy travaille 4 fois par semaine, Derena 5 à 6 fois. Il m’arrive d’avoir les 2 à monter le même jour, même si j’essaye au maximum d’alterner pour éviter de descendre de cheval à 22h (ce qui arrive très souvent !). Leur travail est très varié : longe, travail sur le plat, stretching, dressage, trotting en extérieur, balade, gymnastique cavaletis, obstacles et petits parcours à la maison et à l’extérieur. Les semaines sont 100% cavalières, très intenses mais passionnantes.

Jennifer ROBIN et Derena

© Jennifer ROBIN

Quel est le cavalier (ou cheval) que tu admires le plus ?

Le cavalier que j’admire le plus est Christian Ahlmann : son équitation, la précision, la fixité, son sang froid, sa rigueur, sa détermination, son travail, sa persévérance. Le cheval que j’admire le plus, c’est le shetland du poney-club : sa patience, son empathie, son envie de toujours bien faire, son dévouement, sa capacité à pardonner et à prendre sur lui.

Jennifer ROBIN et Christian AHLMANN sur le stand de GPA

© Jennifer ROBIN

Qu'est- ce que tu aimes le plus dans ton travail ?

Le produit en lui même. Et quand je travaille sur des casques spéciaux pour nos riders (anticiper les JO, les JEM, les sélections et les casques avec drapeau, la recherche des cuirs spéciaux, les logos à ajuster au produit…), créer, chercher, mettre en place des collaborations et/ou des événements avec et autour du produit.

© Jennifer ROBIN

Quels conseils donnerais tu à un cavalier souhaitant travailler dans le secteur équestre ?

D’une façon générale : d’être curieux de tout ce qui concerne le milieu du cheval et ce qui l’entoure, de se faire une bonne culture équestre (cavaliers, chevaux, performances, techniques, matériel, innovations…), de se déplacer dans les salons, les concours, aller voir les marques, les professionnels qui font aujourd’hui le métier qui vous fait rêver demain (cavalier professionnel, commercial, vétérinaire, groom, vendeur dans une sellerie, créateur de camion, éleveur, sellier-bourrelier, palfrenier…), de poser des questions, de demander des stages, de visiter les entreprises pour vous faire une véritable idée de ce qui s’y passe vraiment. Je conseille également d’avoir un bon bagage scolaire : c’est-à-dire de pouvoir à l’arrivée coupler les 2 compétences : vente + cheval, marketing + cheval, secrétariat + cheval, de ne pas que penser uniquement milieu du cheval. Et pour finir, de se tourner vers de vraies formations compétentes, complètes et reconnues quand elles existent. Ne pas négliger l’anglais et être prêt à vivre à 100 à l’heure.

Maintenant parlons un peu de matériel, quels sont tes 5 indispensables ?

Jennifer et Pirdy 

© Jennifer ROBIN

Les 5 indispensables 

© Jennifer ROBIN

Mon casque GPA First Lady, ma selle Meyer, les mors Sprenger, les bandes de travail Equiline, les protèges jarrets Back On Track.

Quelle marque d'équitation te fait rêver ?

GPA ! La marque existe depuis tant d’années ! Durer, ça fait rêver. Quand j’étais petite avoir un casque GPA, c’était le graal de l’équipement. C’est toujours le cas aujourd’hui… en portant un GPA Global Concept. GPA a su évoluer avec son temps : les matières, les couleurs, la personnalisation, toujours plus de sécurité, de confort, de style et de look. Elle est toujours capable d’innover, de se renouveler en gardant l’essence même de ce que l’on aime chez GPA. Et personne ne peut nier sa force de proposition et de conviction : à chaque nouveau produit que GPA sort ou créé, ça commence toujours pas un « oh, j’aime pas et c’est moche » et ça finit toujours, 1 an après par « je veux absolument ce casque, il est magnifique ! » 

© GPA

Utilisatrice de PreppySport, on peut dire que tu tries régulièrement tes affaires, est-ce que tu achètes plus ou tu vends plus?
Je suis plus une vendeuse qu’une acheteuse !
 
Quel est le produit que tu adorerais essayer ?

Les licols en mouton Kentucky !

Quel est le produit que tu dois absolument acheter dans les prochains mois ?

Un chauffe dos Back on Track, des portes de box et des filets à foin !

Quel est le prochain article que tu vas vendre / tu vends Sur PreppySport ?

Mon ancienne veste de concours GPA.

Si tu devais recommander PreppySport à un(e) ami(e), comment lui présenterais tu le concept ?

Preppysport est une plateforme sécurisée qui te permet de vendre et d’acheter ton matériel pour le cheval, le cavalier et l’écurie. Le site est très beau, facile à utiliser, et te permet de trouver de belles occasions. Le paiement est protégé, et les avis clients te permettent de commander en toute quiétude. Le suivi de ta commande et ton colis est précis et toujours disponible. Il est aussi facile de vendre que d’acheter sur PreppySport ! Beaucoup de marques donnent à Camille et son équipe leurs fins de stocks pour qu’ils soient revendus, une belle preuve de confiance et de qualité du service mis en place.

À l’occasion de cette interview Jennifer ROBIN et PreppySport vous offre la chance de gagner un tapis de la marque GPA. Si vous souhaitez tenter votre chance, rendez-vous sur les comptes Instagram de PreppySport. Tirage au sort le 21 février. 🍀

Merci Jennifer pour tes réponses et ton temps, bonne continuation 😉

Dans la sellerie de...

Dans la sellerie de Thais Meheust

01/02/2019

Thais Meheust, espoir de l’équitation française, a participé à de nombreux Championnat d’Europe durant ses années poneys, juniors et jeunes cavaliers.  Elle a remporté pas moins de 5 médailles européennes par équipe dont 3 en or. Étudiante en droit et talentueuse cavalière de CCE elle a accepté de nous ouvrir les portes de sa sellerie.

Hello Thais, peux-tu te présenter ?

Je suis cavalière de concours complet, j’ai 21 ans et je suis installée aux Écuries du Cerisier Bleu en Normandie appartenant à mes parents. Parallèlement, je suis en troisième année de licence de droit en enseignement à distance.

© Line Peslerbe Photographie

Combien de chevaux as-tu ? Peux-tu nous les présenter ?

J’ai quatre chevaux : mes deux chevaux de tête sont Quamilha (15 ans) et Risotto Mail (14 ans) avec qui je vais courir cette année le Grand National et j’espère des coupes des nations. J’ai deux 7 ans, Chaman du Montceau qui fera cette année le circuit des 7 ans (2 et 3***) et Cemma de Floriane qui, quant à elle, va débuter en concours complet et qui aura comme objectif de fin d’année 2**.

Quamilha, Risotto et Chaman appartiennent à mes parents. Cemma a plusieurs propriétaires : Philippe Lopez Coronado, François Weiss et mes parents, des passionnés partageant l’amour des chevaux et du sport.

© Pauline Chevalier / Châteaubriant 2018

© Pauline Chevalier / Thais Meheust Eventing

Quel est ton plus beau souvenir dans ta vie de cavalière ?

J’ai eu la chance de participer à 8 Championnats d’Europe tout au long de mes années poneys / juniors / jeunes cavaliers et de remporter 5 médailles par équipe dont 3 en or. Chacune de mes participations au Championnat d’Europe est un souvenir mémorable. Mais je pense que mon meilleur souvenir restera la victoire par équipe avec Victor Levecque, Romain Sans et Victor Burtin cette année à Fontainebleau en jeunes cavaliers. C’était mes derniers Europe de ces années jeunes et cela comptait énormément pour moi de finir toutes ces belles années de la meilleure des façons. 

© PSV photo

Tu es étudiante et cavalière à haut niveau, comment fais-tu pour concilier les deux ?

J’ai la chance d’avoir des parents très impliqués dans ma réussite à la fois équestre et scolaire ce qui me permet d’avoir une très bonne équipe à mes côtés pour m’aider avec mes chevaux afin que je puisse avoir du temps pour travailler. Ma groom, Marine Renault, m’aide au quotidien avec les soins et les sorties de mes chevaux. Elle m’accompagne en concours afin que je puisse vraiment me concentrer sur mes épreuves. Elle prend très grand soin de mes chevaux et je lui fais entièrement confiance ce qui me permet de pouvoir travailler mes cours sans aucune inquiétude. De plus, nous avons deux cavalières / coachs ; pour la partie complet Lucie San Nicolas instructrice et pour la partie saut d’obstacle Pauline Mousseau instructrice également. Nous avons vraiment une très bonne équipe et cela m’est indispensable pour mon double « cursus ». Après il faut de l’organisation et de la motivation !

Quelle marque utilises-tu pour tes selles ?

Mon partenaire sellier est Childéric Sellier. Je travaille avec eux depuis maintenant deux saisons. J’ai trois selles ; une pour chaque discipline. Je suis très contente de mes selles. Elles sont totalement adaptées à la morphologie de mes grands chevaux. Elles sont à la fois très confortables et esthétiques. J’adore pouvoir les personnaliser avec les petits liserés de couleurs ou le choix des couleurs du logo.

Pour accessoiriser mes selles, j’utilise des étriers de la marque Rid’Up. Je suis en partenariat avec eux depuis la saison dernière. Ce sont des étriers conçus avant tout pour la sécurité du cavalier. En effet, ils se détachent de l’étrivières en cas de chute pour éviter que le pied reste coincé. La marque propose plein de couleurs différentes ce qui permet une petite touche personnelle.

Peux-tu nous parler de ton équipement lorsque tu montes à cheval ?

Pour le textile j’ai deux partenaires : Horse Pilot et Equial Dress Code Cavalier. Horse Pilot n’est plus à présenter mais j’aime beaucoup cette marque mêlant technicité et innovation. Depuis l’année dernière j’ai leur nouvelle veste Airbag (Le crash test : Airbag by Horse Pilot). Je suis très contente de pouvoir avoir une veste étant à la fois jolie et pouvant me protéger en cas de chute. 

Equial Dress Code Cavalier est une nouvelle marque qui pour le moment ne fait que des pantalons pour femme. Cependant, la marque va proposer de plus en plus de produits au fil des années. Les pantalons de cette marque sont mes préférés car ils beaux avec des petits détails féminins mais discret. De plus, ils ne bougent pas, ce qui est rare pour un pantalon de cheval. Le petit plus c’est qu’ils sont déperlants. 

Quelle(s) marque(s) de bombe utilises-tu en concours et lors de tes entraînements ?

Depuis 2 saisons je suis avec Samshield et je suis fan ! J’ai deux bombes pour les concours ; une Miss Shield noire et une Shadowmatt bleue marine. J’ai également une Shadowmatt bleue marine pour monter à la maison. Pour m’élancer sur le cross j’ai un casque de cross Shadowrace bleu marine brillant. J’aime beaucoup ces bombes car on peut totalement les personnaliser. De plus, elles sont très agréables à porter. Le casque de cross est très bien au niveau des tests pour la sécurité ce qui est très important pour moi.

Peux-tu nous parler de tes indispensables pour travailler tes chevaux à la maison ?

À la maison je travaille assez souvent mes chevaux avec des enrênements (gôgue commandé et rênes allemandes), principalement lors des séances de stretching afin d’avoir une bonne décontraction et de bien leur étirer la ligne du dessus avec une attitude basse. Je leur mets également un enrênement pour les trotting en montée pour qu’ils gagnent en force dans le dos. De plus, mes chevaux font tous une longe par semaine, pour cela j’aime beaucoup utiliser le Pessoa ou la corde. 

As-tu une marque de tapis à conseiller ?

Mes tapis et bonnets sont de la marque Azhary pour la plupart. Ce sont des produits de super qualité et totalement personnalisables. De plus, ils tiennent très bien dans la durée.

Qulles marques privilégies-tu pour les soins de tes chevaux ?

Pour les produits « vétérinaires » je suis en partenariat avec Nature Life Gamme Équine qui est la filliale d’Oligosanté spécialisée pour les chevaux. Ce sont des produits 100% naturels et bio. Il y a dix produits différents pour les besoins des chevaux au quotidien (pour la toux, la digestion le drainage etc), mais également pour les concours avec des produits tels que le zen ou le before et after pour préparer l’effort et ensuite aider à la récupération. Mes chevaux ont aussi des produits Equistro pour tous les besoins plus spécifiques ou pour des traitements plus forts. Pour l’alimentation nous sommes avec Royal Horse.

© Pauline Chevalier / Thais Meheust Eventing

Quels sont tes essentiels (matériel et astuces) lorsque tu t'élances sur un CCE ?

Pour le complet il est important d’avoir des équipements conçus pour notre sécurité. J’ai toujours mon protège dos ainsi que mon Airbag sur le cross et avec les jeunes chevaux. J’utilise également la veste Airbag de chez Horse Pilot (Le crash test : Airbag by Horse Pilot) sur le CSO ainsi que sur le dressage pour les 5 ans. Les étriers Rid’Up sont un parfait exemple de cette constante recherche de produits axés sur notre sécurité. Concernant le matériel pour mes chevaux j’essaie d’avoir des selles totalement adaptées à leur physique. En effet, une selle mal adaptée qui gêne le cheval peut avoir de très mauvaises répercussions sur leur physique et par conséquent sur leur performance. Il est important que le cheval soit au mieux de sa forme pour s’élancer sur les concours. 

Je conseille une bonne organisation car les journées en concours complet sont bien chargées et il n’y a pas une minute à perdre ! Il faut toujours bien vérifier l’état de son matériel avant de s’élancer sur les épreuves pour n’avoir aucune mauvaise surprise. 

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux cavaliers qui rêvent du haut niveau ?

De se lancer ! Il faut beaucoup de détermination et de volonté pour accéder au haut niveau par contre cela en vaut la peine. On a de la chance d’avoir de très beaux terrains de concours complet en France, qui grâce au Grand National sont accessibles aux amateurs et aux jeunes (circuit As Jeune). Les circuits jeunes sont un très bon accès au haut niveau car c’est progressif et il y a un très bon encadrement fédéral.

© Pauline Chevalier / Thais Meheust Eventing

Connais-tu PreppySport ? Si oui, comment as-tu connu le concept ?

Je connais PreppySport grâce à Instagram, je n’ai pas encore acheté sur ce site mais de nombreuses amies l’ont fait et en sont ravies. J’aime beaucoup le concept et il y en a pour tous les goûts !

Un dernier mot que tu voudrais partager ?

Je souhaite remercier tout mon entourage et mes partenaires sans qui tout cela ne serait pas possible. Merci à PreppySport pour cette interview. À très vite sur les concours et sur les réseaux sociaux (Thais Meheust Eventing).

Un grand merci à Thais d’avoir mis autant de coeur dans ses réponses. Nous lui souhaitons une très belle saison avec ses chevaux.

Retrouvez Thais Meheust sur Instagram et très bientôt sur son site internet et sa chaîne Youtube.

Astuces et conseils

Bien choisir son amortisseur : nos conseils

25/01/2019

Quel amortisseur privilégier pour son cheval ?

Avant de te lancer dans l’achat d’un amortisseur, il te faut connaître tous ses avantages et inconvénients. En effet, il existe différents types d’amortisseurs mais il est difficile de savoir lequel est le bon pour le dos de son cheval. Ne t’inquiètes pas, PreppySport vient à ton secours et te donne un petit coup de pouce ! 

Pourquoi mettre un amortisseur ? Quel est son utilité ?

L’amortisseur est un équipement qui s’utilise lorsqu’on monte à cheval. Il se place entre le tapis et la selle et vise à améliorer le confort du cavalier et du cheval. 

Les bénéfices de l'amortisseur pour le cavalier

Pour le cavalier, l’amortisseur permet de diminuer les chocs. En effet, lors de la pratique de l’équitation, le dos du cavalier est fortement sollicité. Avoir un bon amortisseur réduit les tensions et facilite l’assise. De plus, l’amortisseur permet de stabiliser la selle. 

Les bénéfices de l'amortisseur pour le cheval

Concernant le cheval, l’amortisseur lui permet une plus grande liberté de mouvements. Il permet également de répartir uniformément le poids de la selle sur le dos. Mais attention pour que son action soit bénéfique l’amortisseur doit être adapté à la selle et à la morphologie du cheval. 

Quels sont les différents modèles d'amortisseurs ?

Gel, mouton, gouttière ? Les possibilités sont multiples. Nous avons donc établi une liste des principaux modèles existant sur le marché avec leurs avantages et leurs inconvénients. 

L'amortisseur mouton
  • Avantages

L’épaisseur du mouton permet d’amortir les chocs et les pressions de la selle. De plus, c’est une matière hypoallergénique et respirante. Il permet de réduire les éventuelles douleurs au dos pouvant apparaître chez le cavalier durant certaines séances.

  • Inconvénients

Son épaisseur peut limiter la proximité entre le cavalier et le cheval. Il est important que l’amortisseur soit adapté à la selle, dans le cas contraire ce dernier peut exercer des points de pressions pouvant entraîner des problèmes de dos.

L'amortisseur à mémoire de forme
  • Avantages

Comme son nom l’indique, l’amortisseur à mémoire de forme s’adapte parfaitement à la selle. Il limite les chocs lors du travail monté et permet une bonne liberté de mouvement pour le cheval. 

  • Inconvénients

S’il ne possède pas de gouttière, il peut coincer le cheval dans ses mouvements et, avec le temps, entraîner des douleurs au dos.

L'amortisseur en gel
  • Avantages

L’amortisseur en gel peut être placé directement sur le dos du cheval ou entre le tapis et la selle. Sa matière fait de lui un produit respirant et hypoallergénique. S’il dispose d’une gouttière, c’est le petit plus qui permet de libérer la colonne vertébrale et d’accroître le confort. 

  • Inconvénients

Si l’amortisseur n’est pas adapté à la selle ou au dos du cheval, il peut reculer durant vos séances. C’est alors le meilleur moyen de le blesser. Comme tous les amortisseurs, il est indispensable qu’il soit adapté  à votre selle et à la morphologie de votre cheval.

Amortisseur en gel, 65€
Pour quelle(s) particularité(s) opter lors du choix de son amortisseur ?

Qu’il soit en gel, à mémoire de forme ou en mouton l’amortisseur peut combiner plusieurs particularités. Elle permettent d’adapter l’amortisseur en fonction des besoins du cheval et du cavalier.

Les gouttières

La colonne vertébrale est une zone très sensible chez le cheval. La présence d’une gouttière permet donc de libérer cette zone. Dans le cas ou l’amortisseur ne possède pas de gouttière, il est préférable que la selle soit bien adaptée pour limiter les points de pression et les pincements de la colonne vertébrale pouvant provoquer des problèmes de dos.

Les rehausseurs

Les panneaux amovibles sur certains amortisseurs permettent de modifier la hauteur et l’épaisseur de ce dernier afin de régler l’équilibre et la position de la selle. Les rehausseurs sont très pratique avec un jeune cheval dont la morphologie change sans cesse. Mais également lorsque l’on monte plusieurs chevaux avec une unique selle.

Les passants pour la selle

Selon la morphologie de votre cheval votre amortisseur peut parfois reculer durant la séance et cela n’est jamais agréable. De plus, c’est le meilleur moyen pour gêner votre cheval ou le blesser. Afin de pallier à ce problème, il existe des amortisseurs dotés de passant pouvant se fixer aux anneaux de votre selle. C’est un moyen simple et efficace permettant d’assurer la fixité de votre amortisseur durant votre séance de plat, votre cross ou pendant votre balade en forêt.

Le pad de garrot

Certains chevaux possèdent un garrot saillant. Cela peut provoquer des frottements avec le tapis ou la selle et blesser le cheval. Pour éviter cela il est possible d’acheter des amortisseurs équipés d’un trou à l’emplacement du garrot pour libérer cette espace et supprimé les frottements. Les pad de garrot peuvent se situer sur les amortisseurs et les tapis mais se vendent également seul à utiliser en complément de votre équipement.

Notre coup de coeur
Les amortisseurs GT Concept

Les amortisseurs GT Concept possèdent de nombreux avantages. En effet, le tissage 3D en maille permet d’amortir les chocs et de repartir jusqu’à 80% des points de pression sur le dos du cheval. La technologie Air Flex réduit considérablement la sueur de votre cheval et offre une durée de vie aux amortisseurs plus longue. Les amortisseurs GT Concept sont également légers et équilibrants tout en respectant les mouvements de la selle et du cheval. De plus, le maillage en éco-conception (matière recyclé) est lavable en machine et Made in France. 

Il existe différents modèles d’amortisseurs chez GT Concept adaptés aux différentes disciplines. C’est pourquoi ces amortisseurs sont utilisés par de nombreux cavaliers évoluant à haut-niveau tel que Roger-Yves Bost, Mathieu Lemoine, Maxime Livio, Nathalie Kuhn…

Contrairement aux matières en feutre et mousses à mémoire de forme, la maille 3D à une résilience (capacité à revenir en place) très forte. En effet, elle revient instantanément et peut donc encaisser le prochain choc sans altérer sa capacité à protéger. Par exemple, dans un triple l’amortisseur GT concept protégera les 3 sauts de la même manière.

La nouveauté de chez GT Concept

L’amortisseur Cork est le dernier né de chez GT Concept. Il est doté de la technologie Air Flex, d’une ligne de liège visant à réduire les pressions exercé sur le dos du cheval et d’une ouverture au niveau du passage du garrot. Il est très performant et s’adapte à toutes les selles et à toutes les disciplines (CCE, CSO, Dressage). 

Le mot de l'expert

Une selle sur mesure nécessite tout de même un amortisseur. Pourquoi ? Car la selle la plus sur mesure possible va convenir à un cheval et une selle à un instant T. Lorsqu’un cheval fait un écart, le poids du cavalier va venir à l’encontre du bon mouvement entre la selle et le cheval. Cela va créer un faux mouvement entraînant une gêne pour le cheval et sur le long terme des blessures.

Et vous avec quel amortisseur montez-vous ?

Retrouvez un large choix d’amortisseurs sur le site de PreppySport.

Dans la sellerie de...

Dans la sellerie de Carla Garriga

18/01/2019

La toute jeune cavalière Carla Garriga âgée de seulement 15 ans monte à cheval depuis l’âge de 5 ans et a commencé les As Poney Elite il y a 3 ans avec sa généreuse ponette Réa des Perves. Aujourd’hui, elle nous ouvre les portes de sa sellerie…

Hello Carla, peux-tu nous présenter tes poneys et chevaux ?

J’ai plusieurs poneys et chevaux :

  • Fin 2016 , nous avons acheté Mylana avec qui j’ai vécu mes meilleurs moments équestres : concourir les As poney élite excellence, le CSIOP au BIP de Fontainebleau, ma 3ème place en étape de coupe du monde à Equita’Lyon et mon stage fédéral. Mylana est vraiment une ponette gentille, imperturbable, appliquée, froide dans sa tête, légère, parfois un peu « princesse » mais elle a tellement de qualités qu’elle efface ce défaut là.
  • Je monte également le poney de ma sœur, qui à cause de ses études ne peut plus le monter : Riago du Reversey. Je le monte sur le circuit amateur car les foulées lui conviennent mieux sur les 110 . C’est l’un de nos tous premiers poneys et comme il est très sensible, nous faisons selon ses désirs. Plutôt pas mal pour lui ! – rire –
  • Il y a maintenant un an que nous sommes les heureux propriétaires de Be One Fonfreide, une jument de 7 ans que je sors sur les amateur/pro 130. J’espère faire un long et bon chemin avec elle. Elle est super ! Extrêmement adorable en main, à l’écoute au travail, très respectueuse des barres, froide dans sa tête, affectueuse… Je ne lui vois aucun défaut.  
Photo : Axel Gris / Equestrian News
Photo : Collection privée

Quels sont tes prochains objectifs à poney / cheval et as-tu des sponsors ?

Aujourd’hui, mon objectif est d’évoluer avec Be One pour pouvoir faire à terme les 135/140 et à poney c’est ma dernière année. Je veux donc profiter au maximum de Mylana. Mon accident nous a séparé pendant quatre mois, ce qui pour moi m’a paru douloureusement long. L’objectif est donc de me faire plaisir avec elle et de me refaire confiance afin de la laisser s’exprimer sur ses tours comme elle sait si bien le faire sans que je ne lui mette de barrières.

Quels sont tes sponsors pour cette saison ?

Je remercie tous mes sponsors pour la confiance qu’ils m’accordent :

Quelle est ta tenue pour partir en concours ? Pour toi est-ce primordial d'avoir une belle tenue de concours ?​

Pour moi en concours il est primordial vis-à-vis de mes sponsors d’avoir une attitude et une tenue correcte. 

L’image est très importante : un pantalon blanc propre de chez Fhorse, des bottes cirées, ma veste noire TW Equitation, mon gilet Airbag Hit Air, ma bombe Kask. Sans oublier mon bracelet porte-bonheur.

Photo : Servane Alexandre

Quelle est ta routine au quotidien avec tes chevaux ?

Pour ce qui est de mon entraînement quotidien je monte tous les jours de la semaine. Une fois par semaine, je me déplace aux écuries Thomas Leveque (un très bon cavalier de ma région). Je fais également, une fois par semaine, un cours de plat avec un cavalier de complet de notre région Guillaume Chatelus. 

Pour ma part, les indispensables pour monter à la maison sont le travail , la régularité, l’envie et le plaisir car je pense faire partie de ces « chanceuses » qui peuvent pratiquer l’équitation. 

Photo : Axel Gris / Equestrian News

Un dernier mot que tu voudrais partager ?

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’entourent et qui s’investissent autour de moi tels que mes entraîneurs, ma coach sur les concours Charlotte Roche et surtout mes parents, que j’aime très fort, qui me font confiance malgré une très grosse frayeur et qui me laissent pratiquer ce sport dont je ne pourrai pas me passer. 

Merci à toi Carla d’avoir pris le temps de répondre à notre interview. Nous te souhaitons beaucoup de réussite durant cette saison et toutes celles à venir. 

Vous pouvez retrouvez Carla sur Instagram

Voici une sélection d’articles inspirée du matériel de Carla. Pour en découvrir d’avantage n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil sur le site de PreppySport

Non classé

Nos bonnes résolutions de 2019

11/01/2019

Nouvelle année rime avec bonheur, fêtes et confettis … Mais il ne faut pas oublier que c’est le meilleur moment pour reprendre de bonnes habitudes. Tu n’as toujours pas réfléchi à tes bonnes résolutions ? PreppySport vient à ta rescousse et te donne quelques idées : 

1. Faire nos cuirs

Oui, c’est vrai, que cette résolution revient chaque année…

C’est promis, nous allons faire des efforts. Surtout en hiver quand nos cuirs souffrent à cause des intempéries. Alors nous avons pris le problème à la source : si nous ne faisons jamais nos cuirs c’est parce que les produits pour cuirs ne sont pas toujours simple à utiliser. Mais nous avons nos petits chouchous à vous présenter :

Le nouveau nettoyant pour cuir de chez Equibao

C’est notre chouchou : premièrement il est rose. Cependant, la véritable innovation réside dans le fait que ce savon pour cuir s’utilise sans eau. Fini les doigts gelés en hiver. Vos cuirs seront propres, nourris et sentiront divinement bon.

Le kit pour cuir Devoucoux

Rangé dans son pochon, le kit pour cuir devoucoux est pour nous, l’indispensable dans son coffre de voiture : à la fin de votre séance en carrière boueuse, enlever le sable grossièrement et nettoyez vos cuirs a l’aide du gant en mouton et du lait Devoucoux.  

2. Faire des achats « utiles »

Nous ne sommes pas là pour vous juger sur votre dernière commande d’un tapis Pénélope mais parfois nous repoussons des achats utiles. En effet, nous nous sommes déjà pavanés avec notre tout nouveau bridon, alors que nos gants sont troués depuis plus de 4 ans. Alors cette année, on privilégie l’indispensable.  Voici notre sélection de l’indispensable du cavalier : 

Les gants chauffants Racer Gloves

Racer Gloves, existante depuis 1927, en collaboration avec Andy Chansel vient tout juste de promouvoir sa nouvelle gamme dans l’équitation : racer equestrian. Fini les doigts congelés, cette innovation ravira les plus frileux d’entre vous. 

Photo : Racer Gloves

Le protège épaule

On ne pense pas assez souvent au protège épaule, pourtant c’est une astuce à connaitre lorsque son cheval se blesse à cause des frottements de sa couverture. Nous avons testé pour vous le protège épaule Fouganza qui s’avère être un très bon produit, rapport qualité prix. Vous pourrez le retrouver sur notre site. 

3. Arrêter d’avoir froid en concours

Nous cavaliers, bravons le froid des terrains de concours en hiver. Mais nous ne sommes pas toujours armés contre les reconnaissances à 7h30 avec pour température au soleil -10°c. Nous avons sélectionné pour vous des habits chauds à prix tout doux :

Les doudounes Spooks

Elles vous permettront d’être à la pointe de la mode tout en restant au chaud. Venez les découvrir sans attendre sur notre site

Les bottes d'écuries

L’idée de poser le pied par terre vous traumatise quand il fait froid ? Ne cherchez plus, on a trouvé pour vous une paire de bottes révolutionnaires qui allient chaleur, imperméabilité et confort

4. Etre plus organisé

Cette année c’est décidé, fini la sellerie en bazar ! On s’organise : on tri, on range. Vous pouvez choper des idées pour ranger votre sellerie dans notre article dédié mais également découvrir la gamme Horse And Travel qui nous permet de devenir la reine ou le roi du rangement. On craque particulièrement pour :

Le sac de pansage

Marre de racheter la même brosse tous les mois, nous te conseillons d’investir dans un sac de pansage

 

Le travel bag

Si toi aussi tu es un cavalier prévoyant qui emporte toujours plus que nécessaire en concours, le travel bag est fait pour toi.  

5. Commencer le travail à pied

Pour démarrer l’année 2019, que dirais-tu de te lancer un nouveau challenge, celui de commencer le travail à pied : 

Le travail en longe

Pour toi, la longe est la chose la plus ennuyante au monde pourtant elle possède pleins de bénéfices comme l’assouplissement, la musculation mais également la détente et l’entretien.  

Les longues rênes

On ne pense pas souvent à l’utilisation des longues rênes, toutefois, elles sont intéressantes pour développer la confiance entre cavalier et cheval, et le dressage de ce dernier. 

L'éthologie

Vous voulez avoir plus de complicité avec votre cheval ? L’éthologie est un bon moyen pour y parvenir !

Découvrez l’avis d’Anais Azorin sur le travail à pied : « La complicité ne s’achète pas, elle se crée au fur et à mesure des moments passés ensemble. C’est dans cette idée que j’ai intégré pleinement le travail à pied dans mon quotidien équestre, par volonté de jouer d’égal à égal, sans artifice …

Photo : MK Photographie

Au début c’est assez abstrait, voir un peu farfelu et puis au fur et à mesure des séances, la relation avec le cheval se transforme ! On prend vite conscience de cette nouvelle complicité qui nait et qui se consolide dans la confiance et le respect mutuel ! Ce que j’aime surtout c’est le voir s’exprimer librement. Lui et son tempérament de feu ont trouvé un certain équilibre dans cette bulle que nous nous sommes créée ! Je m’étonne à chaque séance de tout ce qu’il fait avec tant d’énergie, surtout quand on s’éloigne de notre environnement ! C’est un cheval très angoissé, cette complicité entre nous le rassure et lui donne confiance ! Alors lancez-vous, vous verrez à quel point on peut partager d’incroyables moments différents de ceux qu’on vit en étant sur son dos ! »

Et vous, quelles sont vos résolutions 2019 ?